États-Unis: explosion du nombre d'homicides par armes à feu en 2020

Photo d'armes à feu dans le New Hampshir aux Etats-Unis le 5 novembre 2016 © Dominick Reurer/AFP Photo d'armes à feu dans le New Hampshir aux Etats-Unis le 5 novembre 2016

Le nombre de décès par armes à feu aux États-Unis a enregistré une hausse « historique » sur l'année 2020, potentiellement causée par les effets de l'épidémie de Covid-19 et la pauvreté, selon les autorités du pays.

Avec 19 350 homicides en 2020, une hausse de près de 35 % par rapport à 2019, et 24 245 suicides, ces décès « représentent un problème de santé publique persistant et important », indiquent les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) dans leur rapport. Le taux d’homicide, lui, s’établit à 6,1 pour 100 000 habitants, un record ces 25 dernières années.

Au total, ce sont près de 45 000 personnes qui ont été tuées aux États-Unis par des armes à feu. Toutes les villes et Etats du pays, qu’ils soient républicains ou démocrates, sont concernés par cette aggravation, rapporte notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin.

Les homicides ont le plus augmenté dans les comtés à fort taux de pauvreté et qui comptent une importante population issue de minorités ethniques. La proportion de meurtres a notamment grandi chez les hommes, adolescents et jeunes adultes, issus des communautés afro-américaine et amérindienne.

►À lire aussi : États-Unis: après une série de fusillades, le maire de New York veut agir contre les armes à feu

Recrudescence des suicides

Les suicides par armes à feu sont également en augmentation de 1,5 % sur l'ensemble du territoire, avec une hausse plus marquée dans les régions pauvres, non-métropolitaine et rurales, qui touche plutôt les personnes blanches plus âgées.

« Les marqueurs de stress associés à la pandémie de Covid-19 ont pu jouer un rôle » dans ces augmentations, indique à la presse Tom Simons, spécialiste du programme de prévention des violences aux CDC.

Ils incluent des changements ou des perturbations dans les services et l'éducation, l'isolement social, des conditions économiques comme la perte d'un emploi, l'instabilité dans le logement et la difficulté à couvrir les dépenses liées à la pandémie.

Le rapport de l'agence fédérale note aussi que le risque de violence est associé aux « inégalités systémiques de longue date et (au) racisme structurel ». Il cite par ailleurs « des tensions dans les relations entre la police et le public » en référence à la vague de manifestations contre les violences policières qui a traversé le pays après le meurtre de George Floyd en mai 2020, mais aussi les violences conjugales.

« On peut empêcher les décès par armes à feu, ils ne sont pas inévitables », assure à des journalistes la directrice du Centre national de prévention et de lutte contre les blessures au sein des CDC, Debra Houry, qui recommande « une approche globale à court et long terme centrée sur la réduction des inégalités ».

La pandémie s’est également accompagnée d’une importante hausse des achats d’armes à feu avec un record avec 23 millions d'armes vendues, comme souvent en période perçue comme difficile ou dangereuse. D'après des spécialistes de la sécurité, ces dernières sont en train de revenir à leur niveau pré-Covid-19.

Selon le programme Small Arms Survey, il y avait en 2017 environ 393 millions d'armes aux États-Unis, soit plus d'une par habitant (bébés compris).

Nouvel échec d'une réglementation en Californie

Malgré les appels à la mobilisation de militants et d'organismes gouvernementaux, les efforts de la lutte contre la propagation des armes à feu se heurtent à de nombreux obstacles. Ce mercredi, une cour d'appel californienne a jugé qu'une loi locale interdisant l'achat d'armes semi-automatiques aux moins de 21 ans était contraire à la Constitution américaine.

Les élus de cet État majoritairement démocrate ont adopté ces dernières années plusieurs lois pour instaurer une régulation plus stricte des armes à feu. En Californie, les jeunes de 18 à 21 ans avaient déjà interdiction d'acheter des armes de poing et une nouvelle loi entrée en vigueur le 1er juillet 2021 interdisait aussi de leur vendre des armes semi-automatiques.

Mais cette dernière loi a été contestée devant la justice par plusieurs individus et organisations, qui ont obtenu gain de cause devant une cour d'appel fédérale compétente pour la Californie. Par deux voix contre une, les juges estiment que la loi en question enfreignait les dispositions du Deuxième Amendement de la Constitution américaine, qui « protège le droit des jeunes adultes à détenir et porter des armes, ce qui inclut le droit de les acheter ».

« L'Amérique n'existerait pas sans l'héroïsme des jeunes adultes qui ont combattu et qui sont morts pour notre armée révolutionnaire », déclare le juge Ryan Nelson en référence à la guerre d'indépendance, justifiant sa décision par le fait que « notre Constitution protège toujours le droit qui a permis leur sacrifice. »

Les fusillades dans des lieux publics sont fréquentes dans le pays, que ce soit dans des établissements scolaires, centres commerciaux ou supermarchés. Malgré ces drames récurrents, plusieurs initiatives pour renforcer la législation sur les armes ont échoué au Congrès, où le puissant lobby des armes exerce toujours une forte influence.

►À lire aussi : États-Unis: Joe Biden dévoile un plan limité pour lutter contre la violence armée

(Avec AFP)

États-Unis: explosion du nombre d'homicides par armes à feu en 2020