CAN : le Sénégal sacré, Dakar en fête

Après la première victoire continentale du pays, le président Macky Sall a décidé d’offrir une journée de fête au pays pour célébrer.

Dakar a explosé de joie dimanche soir après le coup de sifflet clôturant la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) à Yaoundé, où les « Lions » de Sadio Mané ont battu les « Pharaons » d’Egypte de Mohamed Salah aux tirs aux buts. « Champions d’Afrique. Quel match ! Quelle équipe ! Vous l’avez fait. Beau moment de football, beau moment de communion et de fierté nationale. Félicitations à nos héros », a dit le président sénégalais Macky Sall dans un tweet.

À lire CAN : le Sénégal remporte le titre, les Lions de la Teranga au sommet

Le président Sall a décrété la journée de lundi « fériée, chômée et payée » après « la brillante victoire » en CAN de la sélection nationale, a annoncé dimanche soir la télévision publique. M. Sall, qui devait s’absenter du Sénégal jusqu’au 9 février pour différents séjours en Égypte, en Éthiopie et aux Comores, a « annulé » cette dernière étape pour « accueillir lundi à 13h (GMT et locales) la sélection nationale à l’aéroport militaire de Yoff (Dakar), selon la même source.

Le tir de Sadio Mané

Les joueurs et membres de l’encadrement de l’équipe nationale seront « décorés » mardi par M. Sall, au palais présidentiel à Dakar. Une immense clameur a retenti dimanche soir quand la star Sadio Mané a réussi le tir consacrant le Sénégal, lors de la séance de tirs aux buts (0-0 a.p., 4-2 t.a.b.). Des centaines de supporters, vêtus du maillot du Sénégal, ont afflué sur la place de l’Indépendance, près du Palais présidentiel, dans le centre administratif et des affaires de Dakar.

https://twitter.com/Macky_Sall/status/1490459014492209155?s=20&t=Fy5JmyynybSgPt4bsK6p7Q

 

La police a érigé des barrières pour empêcher la foule se déversant sur la place de se rapprocher du Palais. Les lieux ont vibré au son des avertisseurs des voitures, des vuvuzelas, des sifflets, des cris de joie, des pétards illuminant parfois le ciel, des danses et chansons à la gloire de la sélection.

Une ambiance festive s’est emparée de toute la ville de Dakar et de sa banlieue, au milieu des drapeaux du Sénégal, accrochés aux immeubles, sur les véhicules, sur les artères et les trottoirs, dans plusieurs quartiers. L’ambiance était folle, au Monument de la Renaissance, statue monumentale qui domine Dakar depuis la zone du quartier des Mamelles, au pied duquel était installée une fanzone avec plusieurs dizaines de milliers de personnes.

© Fournis par Jeune Afrique

Les gens s’enlaçaient au milieu des feux de joie après la séance des tirs aux buts. « Je suis content. C’est le plus beau jour de ma vie », affirme à l’AFP Modou Ba, qui s’est présenté comme un laveur de voitures de 25 ans.

« Le plus beau jour de ma vie »

« On a attendu longtemps. (La coupe) est finalement là (au Sénégal). On en avait vraiment besoin », dit Seydou Nourou Diop, un comptable de 27 ans. L’étudiant Khadim Lô, 21 ans, se dit « très fier de nos Lions. C’est exceptionnel ». Au pied du monument, les supporters ont ensuite quitté la fanzone pour gagner la rue, certains debout sur des voitures dont des pick-up, se mêlant à la foule qui sortait des maisons pour manifester.

La joie a pourtant mis du temps à se dessiner, après les 120 minutes réglementaires. La tristesse était palpable sur les visages quand, à la 7e minute, Sadio Mané a raté un pénalty. « Il (Sadio Mané) ne doit pas rater le pénalty. Pour une finale le grand joueur ne rate pas. C’est inadmissible », fulminait Pape Mbaye, un chauffeur de 24 ans.

Lors de la séance des tirs au but, des supporters s’étaient détournés de l’écran. L’une d’eux, accroupie, a même versé des larmes. Quand un tireur égyptien a envoyé le ballon sur le poteau, puis qu’un autre a raté le sien, arrêté par le gardien de Chelsea Edouard Mendy, les visages des supporters, se tenant par la main, se sont décrispés.

Avant que la star de Liverpool Sadio Mané ne transforme le dernier tir qui a conduit le Sénégal, pour la première fois, sur le toit du foot africain, après deux finales perdues en 2002, face au Cameroun, et 2019, à laquelle Sadio Mané a participé, face à l’Algérie. Et c’est parti pour une longue nuit de fête à Dakar…

Avec AFP

CAN : le Sénégal sacré, Dakar en fête