En RD Congo, le Premier ministre appelle à la "reddition" des groupes armés

Un membre des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) combat des membres du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans le Nord-Kivu, le 25 janvier 2018. © AFP - ALAIN WANDIMOYI Un membre des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) combat des membres du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans le Nord-Kivu, le 25 janvier 2018.

Alors que l'état de siège a été instauré le 6 mai en République démocratique du Congo pour lutter contre les groupes armés, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a de nouveau réclamé, lundi, leur "reddition".

"Nous voulons en finir avec les groupes armés qui terrorisent la population." Le Premier ministre de la République démocratique du Congo a de nouveau demandé lundi 7 juin la "reddition" des dizaines de groupes armés qui déstabilisent l'est du pays, où la société civile de l'Ituri a pointé les limites de l'état de siège en vigueur depuis le 6 mai.

"Je voudrais ici réitérer mon appel à la reddition de tous nos compatriotes qui restent dans ces groupes armés", a déclaré le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge lors d'une conférence de presse à Goma.

"Nous voulons en finir avec les groupes armés qui terrorisent la population. Nous avons enregistré les redditions des miliciens depuis la mise en place de l'état de siège", a-t-il poursuivi, assurant que son gouvernement allait mettre en œuvre une politique "pour intégrer ceux qui auront choisi de rendre les armes".

>> À voir, notre Entretien avec Bintou Keita, cheffe de la Monusco : "Avec la recrudescence des attaques, il y a une frustration"

Régulièrement annoncés depuis des années, ces plans "DDR" (démobilisation, désarmement, réintégration) ont tout aussi régulièrement échoué dans le passé, faute de moyens financiers notamment.

L'état de siège prorogé

L'Assemblée nationale a voté jeudi la prorogation de l'état de siège pour un mois dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri situées à la frontière du Rwanda et de l'Ouganda. Cet état de siège avait été ordonné début mai par le président Félix Tshisekedi pour lutter contre les groupes armés.

Des gouverneurs, administrateurs et maires militaires et policiers ont été nommés en remplacement des civils dans ces deux provinces.

La société civile de l'Ituri a dénombré 157 morts depuis l'instauration de l'état de siège dans la province. Elle a dénoncé dans un communiqué "les violences sexuelles sur les femmes" par l'armée congolaise et "l'impunité des militaires ayant commis ses crimes".

La société civile a mis au crédit de l'état de siège "un peu d'accalmie dans le territoire de Djugu", où des violences ont tué des centaines de civils depuis décembre 2017.

Avec AFP

En RD Congo, le Premier ministre appelle à la "reddition" des groupes armés