Tourisme Jordanien : Cap sur le marché tunisien

© Présenté par
Le nombre de vols hebdomadaires vers la Tunisie sera porté à cinq d’ici au mois prochain, et même plus. Tout dépend des demandes du marché national

Depuis les beaux rivages de Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis, la Jordanie a bien voulu faire sa campagne promotionnelle, en tant que destination touristique très prisée. Autour d’un dîner d’Iftar, au menu ramadanesque du terroir, le comité jordanien d’animation touristique a choisi la Tunisie, un des plus beaux sites balnéaires mondiaux reconnus, afin de parler de son pays et présenter, en son et en images, ses atouts pittoresques. Et voilà que ça commence à crever les yeux et susciter, en retour, un partage d’idées sur l’apport marketing et diplomatique dans la promotion du tourisme jordanien, clé de voûte de l’économie du pays.

Etaient invités à la cérémonie le directeur général de l’Office national du tourisme tunisien (Ontt), des tours-opérateur, agences de voyages, hommes d’affaires, de culture et de médias. Pour l’ambassadeur du royaume hachémite de Jordanie, S. E Maher Tarwana, ce fut aussi une opportunité qui reflète la solidité des relations de coopération tuniso-jordanienne établies dans plusieurs secteurs d’activités dont particulièrement le tourisme et l’artisanat. Il avait, par là même, fait valoir le potentiel civilisationnel, culturel et religieux dont dispose son pays, à l’histoire deux fois millénaire. Ce qui lui a valu d’être, tout comme la Tunisie, une destination touristique de choix. Cela fait 40 ans que la Jordanie se penche sur son devenir. Elle n’a cessé d’œuvrer à diversifier ses offres et produits. En 2010, le pays comptait, huit millions de visiteurs arabes et européens.

En savoir plus sur le site Jordanie

Que dit-on de la Jordanie ? Ce pays au carrefour de l’histoire depuis plus de deux mille ans regorge d’innombrables trésors du patrimoine mondial et est situé au cœur de paysages désertiques exceptionnels. Pétra, l’antique ville nabatéenne, n’a cessé d’attirer les foules, demeurant le joyau touristique d’un pays riche en merveilles. Wadi Rum, aux falaises de grès brun et aux dunes de couleurs vives, ne manqua pas d’éblouir Lawrence d’Arabie. Cet aventurier fut également impressionné par le stoïcisme des bédouins, endurcis aux épreuves de la vie dans le désert. D’autant plus que les rivages jordaniens, bien préservés, cachent des récifs immaculés, des épaves et des jardins de coraux multicolores. Toutefois, décrit-on aussi, la pièce maîtresse reste Jérash, avec ses imposants théâtres et ses colonnades.

Pourquoi fait-on une telle promotion en Tunisie ? Khaled Kilani, responsable du comité jordanien d’animation touristique, a mis en exergue les facilités d’accès et les privilèges douaniers destinés au visiteur tunisien. «Ce dernier n’a pas besoin de visa pour aller découvrir la Jordanie, motivé en cela par des tours-opérateur travaillant sur notre site», souligne-t-il, ajoutant que son pays s’enorgueillit de la mer Morte, le golfe d’Aqaba et de la l’ancienne ville de Pétra, qualifiée d’une des sept merveilles du monde. Ce progrès qu’avait réalisé le tourisme jordanien est dû, en partie, aux efforts consentis par les agences de voyages et leur rôle dans la promotion de cette destination, renchérit Ahmed Akkour, de la compagnie jordanienne.

Et d’ajouter, à cet effet, que le nombre des vols hebdomadaires vers la Tunisie sera porté à cinq d’ici le mois prochain, et même plus. Tout dépend des demandes du marché national. A cela s’ajoute une stratégie de promotion quinquennale, le but étant de doubler et moderniser le parc de la compagnie. D’ailleurs, des Tunisiens qui avaient visité la Jordanie sont venus apporter des témoignages édifiants : un site aux prestations touristiques de qualité.

Tourisme Jordanien : Cap sur le marché tunisien