Ligue 1 : Rebond, spectacle, rivalité... Cinq raisons de suivre «l'Olympico»

Houssem Aouar et Dimitri Payet vont de nouveau s'affronter ce dimanche (20h45). © Panoramic Houssem Aouar et Dimitri Payet vont de nouveau s'affronter ce dimanche (20h45).

L'OM en quête de rebond

L'OM reste sur une soirée compliquée jeudi, en demi-finales aller de Ligue Europa, sur le terrain de Feyenoord (3-2). Dans une ambiance surchauffée, les hommes de Jorge Sampaoli ont en effet subi la détermination et l'intensité de leurs hôtes néerlandais. Malmenés pendant une grande partie de la première mi-temps, ils ont effacé un retard de deux buts avant la pause, mais ont encaissé le troisième juste après la reprise, sur une erreur technique de Duje Caleta-Car. Dimitri Payet et ses coéquipiers ont eu des occasions pour égaliser mais ont clairement manqué d'efficacité. L'OM touché mais pas coulé et qui reste en vie avant le match retour, jeudi, à Marseille. Mais pour aborder cette rencontre de la meilleure des manières, les Provençaux ont besoin de rebondir dès ce dimanche, à l'occasion de «l'Olympico». Et il sera intéressant de voir comment la fatigue sera gérée du côté marseillais, eux qui ont un calendrier très intense : «Ça a été un match très disputé et on rejoue dimanche, un match très important. Jeudi, ce sera la revanche mais il y a forcément une grande usure physique pour les deux équipes, car il y avait beaucoup d'intensité», expliquait Jorge Sampaoli après la défaite.

» LIRE AUSSI - Tops/Flops Feyenoord-OM : Dessers inarrêtable, Caleta-Car coupable

L'OL croit encore à l'Europe

L'exercice 2021-22 de l'Olympique Lyonnais est clairement décevant. À quatre journées du terme du championnat, les Rhodaniens pointent à une insatisfaisante huitième place du classement. Et si la tendance n'est pas à une qualification pour une compétition européenne, Peter Bosz et ses hommes ont encore des raisons de s'imaginer jouer sur la scène européenne la saison prochaine. En effet, avec cinq points de retard sur la cinquième place, les Gones ont encore des chances. D'autant que des équipes placées devant eux ne sont pas dans leur meilleure dynamique. «On a gagné contre Montpellier, il faut gagner les quatre matches qui restent», a résumé Bosz en conférence de presse. Les comptes seront faits à la fin.

À VOIR AUSSI - Le top 5 des buts de l'OM face à l'OL

Match aller renversant

Reporté au début du mois de février après le jet d'un projectile sur Dimitri Payet, le match aller avait tenu toutes ses promesses. Comme l'on pouvait s'y attendre, l'Olympique de Marseille s'était rapidement installé dans le camp lyonnais, grâce à sa maîtrise de la possession et son pressing intense. Mattéo Guendouzi avait profité de cette domination pour ouvrir le score très tôt dans la rencontre (10e). Mais dans le second acte, et surtout à la suite de l'entrée en jeu de Moussa Dembélé, les débats s'étaient renversés. Les Rhodaniens avaient égalisé par l'intermédiaire de Xherdan Shaqiri (76e) de la tête avant de prendre l'avantage, à la fin du temps réglementaire, sur un superbe enchaînement de Moussa Dembélé (89e). Peter Bosz voudra éviter de connaître une même entame de match. «Lors du match aller, on a eu du mal en première mi-temps, alors qu'en seconde période, c'était mieux. On doit être stable pendant 90 minutes», a-t-il affirmé. Il est aussi certain que Jorge Sampaoli voudra connaître une fin plus heureuse pour son équipe, qui n'a pas encore totalement verrouillé sa deuxième place.

» LIRE AUSSI - Tops/Flops Lyon-Marseille : Dembélé tranchant et renversant, Caleta-Car dépassé

Deux équipes tournées vers l'offensive

Avec 56 buts, les deux équipes apparaissaient au troisième rang du classement des meilleures attaques de Ligue 1 avant la 35e levée. Les Gones sont d'ailleurs particulièrement réalistes en ce moment. Le week-end dernier, face à Montpellier, ils ont fait trembler les filets à cinq reprises (5-2). Au milieu du mois d'avril, ils en collaient six aux Girondins de Bordeaux (6-1). Autant dire que les Marseillais devront se montrer vigilants. Mais les Phocéens ne sont pas en reste dans le domaine offensif. Après une première partie de saison marquée par leur assise défensive, c'est désormais en attaque qu'ils s'illustrent le plus. En effet, l'OM n'est ni plus ni moins que l'une des meilleures attaques d'Europe en 2022. L'Olympique Lyonnais est aussi averti.

Une affiche toujours brûlante

Depuis les années 2000, «l'Olympico» s'est imposé comme l'une des plus belles affiches de Ligue 1. Et l'une des plus attendues. Que ce soit sur le terrain ou en dehors, avec des petites provocations de part et d'autre, la confrontation entre les deux formations est désormais toujours chaude. Tout le monde a gardé en mémoire l'incroyable 5-5 lors de la saison 2009-2010, mais bien d'autres matches ont été spectaculaires, aussi bien par le nombre de buts inscrits, le scénario ou l'intensité sur la pelouse. En novembre 2019, lors de la dernière victoire marseillaise dans ce choc, Payet avait offert le succès à son équipe dans une ambiance volcanique. À n'en pas douter, ce dimanche, «l'Olympico» devrait encore avoir une saveur particulière.

À VOIR AUSSI - Quand Dimitri Payet offrait la victoire à l'OM face à l'OL en novembre 2019 (2-1)

Ligue 1 : Rebond, spectacle, rivalité... Cinq raisons de suivre «l'Olympico»