Nomad #56 : Le parc national de Khnifiss, une oasis en plein Sahara

© Fournis par Yabiladi

Le parc national de Khnifiss est un paradis au milieu de nulle part. C’est une oasis en plein désert, notamment pour les oiseaux migrateurs qui viennent y faire escale ou hiberner. Le plus grand parc national du Maroc est riche en biodiversité, et les responsables oeuvrent à en faire une destination de renom pour l’écotourisme. Immersion.

Le parc national de Khnifiss semble sortir de nulle part, après des kilomètres et des kilomètres de désert à perte de vue. Le lieu émerge, la cacophonie des oiseaux, la lagune d’un bleu infini, l’arrière pays désertique, les animaux sauvages surprennent au premier abord. On pourrait s'oublier et croire qu’on est dans un autre pays, pourtant on est bien au Maroc, à 180 km au nord-ouest de la ville de Laâyoune, entre Tarfaya et Tan-Tan, en face des îles canaries.

Une myriade de couleurs

Ici la nature est généreuse en couleurs. Khnifiss à marée basse devient verte, plus loin on peut apercevoir le bleu de l’océan et de la lagune, et enfin le jaune du désert. La baie est l’une des premières au Maroc (en 1980) à avoir été inscrite à la convention de Ramsar (traité international adopté le 2 février 1971 pour la conservation et l'utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou disparition, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative). En 1998, la direction du patrimoine culturel au Maroc a inscrit la lagune de Khnifiss, ou lagune de Naïla, à la liste indicative de l’Unesco.

«Le parc de Khnifiss est le prolongement d’une zone humide. La réserve est un site d’intérêt biologique et écologique (SIBE). Le parc est érigé en trois écosystèmes, une partie océanique, lagunaires, et désertique», indique Salek Aouissa, président du réseau association de Khnifiss à Yabiladi. L’organisme œuvre depuis 2000 à «organiser le tourisme, minimiser l’impact sur l’écosystème lagunaire et le développement de l’éco-tourisme», ajoute la même source. En 2006, Khnifiss devient parc national, l’un des plus grands du royaume. «C’est aussi un site d’intérêt biologique et écologique (SIBE)», ajoute le président de l’ONG.

Une diversité de paysages peuvent être observés à la lagune de Naïla. / Ph. DR

Nomad #56 : Le parc national de Khnifiss, une oasis en plein Sahara