Élections au Chili: les présidentiables courtisent les électeurs du candidat arrivé troisième

Au second tour de la présidentielle, le candidat d'extrême droite, José Antonio Kast, défenseur de la dictature sera opposé à l'ancien leader étudiant de gauche Gabriel Boric. © AFP - MARTIN BERNETTI, Claudio REYES Au second tour de la présidentielle, le candidat d'extrême droite, José Antonio Kast, défenseur de la dictature sera opposé à l'ancien leader étudiant de gauche Gabriel Boric.

Au Chili, la campagne officielle a commencé en vue du second tour de la présidentielle, qui aura lieu le 19 décembre. Le candidat d'extrême droite José Antonio Kast, défenseur de la dictature, et l'ancien leader étudiant de gauche Gabriel Boric, tentent tous deux de séduire les électeurs de Franco Parisi.

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

Les deux candidats tentent désormais de séduire les centristes, mais aussi les électeurs de celui qui est arrivé troisième, Franco Parisi. Ce candidat de droite populiste en a profité pour les inviter à une émission qu'il anime sur les réseaux sociaux.

Les « bad boys », les mauvais garçons, c'est le nom de cette émission 100% masculine de l'ex-candidat Franco Parisi. Économiste au discours anti-élites, plutôt de droite, et parfois populiste, il vit à l'étranger et n'a pas mis les pieds au Chili de toute la campagne, car il n'a pas payé la pension alimentaire de ses enfants.

Le 5 décembre au soir, Franco Parisi recevait avec un grand sourire le candidat d'extrême droite José Antonio Kast : « Je respecte beaucoup ce que vous avez accompli. Personne ne s'y attendait au début. Vous avez été méprisé, nous connaissons bien cela, et donc je vous félicite pour cet excellent résultat, 28% des voix », s’est exclamé Franco Parisi.

Rassurer les électeurs sur les droits LGBT

L'émission, entièrement en ligne, a réuni plus de 130 000 spectateurs. José Antonio Kast, qui a tenu des propos transphobes dans le passé, a tenté de rassurer concernant les droits des LGBT : « Ma conviction personnelle, c'est que le mariage doit être entre un homme et une femme. Mais le Parlement est en train d'avancer vers le mariage pour tous et si ce texte est approuvé nous n'allons pas revenir dessus. »

Le candidat a été interrogé sur d'autres points polémiques de son programme, mais sans jamais être mis en difficulté par les organisateurs, plutôt conciliants avec lui. Son concurrent de gauche Gabriel Boric est invité le 10 décembre, mais il n'a pas encore confirmé sa participation.

À lire : « C’est un Chili très conservateur qui s’est exprimé dans les urnes »

Élections au Chili: les présidentiables courtisent les électeurs du candidat arrivé troisième