En Israël, les pourparlers pour un gouvernement anti-Netanyahu s'intensifient

(COMBO) de photos créé le 5 mai 2021 montre (G à D) Naftali Bennett, le chef du parti de droite Yamina en Israël, Naftali Bennett, et le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu © GIL COHEN-MAGEN (COMBO) de photos créé le 5 mai 2021 montre (G à D) Naftali Bennett, le chef du parti de droite Yamina en Israël, Naftali Bennett, et le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu

Les tractations politiques se sont intensifiées dimanche en Israël à quelques jours d'une échéance clé pour la formation d'une coalition gouvernementale, qui pourrait signer la fin de l'ère de Benjamin Netanyahu, Premier ministre le plus pérenne de l'histoire du pays.

Après la fin du conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas le 21 mai, le chef de l'opposition Yaïr Lapid, a intensifié les négociations avec les partis pour tenter de former un nouveau gouvernement, après les élections de mars.

Son mandat reçu début mai par le président Reuven Rivlin court jusqu'au mercredi 2 juin à 23H59 locales (20H59 GMT).

A la tête de la formation centriste Yesh Atid ("Il y a un futur"), M. Lapid a été chargé de former le gouvernement après l'échec du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, qui fait face à un procès pour corruption dans une série d'affaires, à rallier le nombre nécessaire de députés.

Photomontage créé le 5 mai 2021 montrant, de gauche à droite, les hommes politiques israéliens Yair Lapid (centriste), Naftali Bennett (droite radicale), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu © GIL COHEN-MAGEN Photomontage créé le 5 mai 2021 montrant, de gauche à droite, les hommes politiques israéliens Yair Lapid (centriste), Naftali Bennett (droite radicale), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu

Après des semaines marquées par la guerre de 11 jours entre le Hamas au pouvoir à Gaza et l'armée israélienne, les tensions à Jérusalem-Est et des heurts, voire des émeutes, dans des villes judéo-arabes en Israël, l'idée d'un "gouvernement d'union nationale" revient à l'avant-scène.

"Le temps pour un nouveau gouvernement est venu (...) Il s'agit d'une opportunité historique de briser les barrières qui divisent la société israélienne, d'unir les religieux et les laïcs, la gauche, la droite et le centre", avait lancé M. Lapid, en héritant du mandat en mai.

- Un "putsch" ? -


Vidéo: Le colonel Assimi Goïta officiellement nommé président du Mali (France 24)

En Israël, les pourparlers pour un gouvernement anti-Netanyahu s'intensifient