Mali: les dessous de l’expulsion de l’ambassadeur de France

L'ambassadeur français au Mali, Joël Meyer, le 21 janvier 2022 (Image d'illustration). © AFP - NICOLAS REMENE L'ambassadeur français au Mali, Joël Meyer, le 21 janvier 2022 (Image d'illustration).

Au Mali, de quoi Choguel Maïga accuse-t-il précisément l’ambassadeur de France ? Joël Meyer a été expulsé du Mali fin janvier. Bamako dénonçait alors les propos « outrageux » du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian qui avait à nouveau qualifié d’« illégitimes » les autorités de transition, issues de deux coups d’État. Des propos jugés « outrageux » par Bamako qui avait donc ordonné à l’ambassadeur de France de quitter le Mali dans les 72 heures.

Mardi, sur notre antenne, le Premier ministre Choguel Maïga est allé plus loin, accusant pour la première fois Joël Meyer de « s’être livré à des activités subversives » et d’avoir « préparé un plan pour renverser le gouvernement. » À quoi font référence ces accusations graves ? Le Premier ministre malien n’a livré aucun détail sur le « plan » qu’aurait « préparé » l’ambassadeur de France pour renverser son gouvernement. En dépit des demandes de précisions de RFI.

« Réunions secrètes »

Mais un proche de Choguel Maïga affirme que Joël Meyer menait « des réunions secrètes » avec des opposants et qu’il était surtout « en connivence avec des militaires maliens » pour « renverser le pouvoir ». « Il y a eu des arrestations », « nous avons des preuves », assure cette source, qui explique ne pas pouvoir préciser l’identité des personnes arrêtées, ni présenter les preuves en question car « une enquête est en cours ».

Côté français, une source diplomatique réfute ces accusations qualifiées d’ « invention » destinée à nourrir « une politique de rupture avec la France et l’Occident ». Si cette source reconnaît que des politiques et des membres de la société civile ne partageant pas la ligne gouvernementale ont bien été invités à l’ambassade, elle assure que ces rencontres relèvent d’une activité diplomatique « normale ». « Avant d’être Premier ministre, Choguel Maïga était lui-même dans l’opposition, rappelle cette source, et il était reçu à l’ambassade. »

« Pas persona non grata »

Et de préciser que lors de la convocation de l’ambassadeur par le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, le jour de l’annonce de son expulsion, ce supposé plan n’aurait à aucun moment été évoqué. Par la suite, sur RFI, Abdoulaye Diop a même affirmé que Joël Meyer n’était « pas persona non grata » au Mali et qu’il pourrait y revenir dès lors que la France aurait clarifié sa position sur la légitimité des autorités maliennes de transition. Ce qui ne semble, en tout état de cause, pas d’actualité.

En octobre dernier, c’est l’ambassadeur de la Cédéao au Mali, Hamidou Boly, qui avait été expulsé pour des « agissements incompatibles avec son statut ». À l’époque, déjà, le diplomate burkinabè s’était vu reprocher des rencontres avec des partis d’opposition, de la société civile ou de la presse entreprenant « des activités hostiles à la transition », selon les termes employés par le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop.

►À lire aussi : Expulsion de l’ambassadeur français au Mali: le pic des tensions a-t-il été atteint?

Mali: les dessous de l’expulsion de l’ambassadeur de France