Encore moins d'arrêts au stand en 2022 ?

C'est une révolution. Les pneus 13 pouces utilisés depuis des décennies en Formule 1 font désormais place à des modèles 18", toujours produits par le manufacturier officiel qu'est Pirelli. La marque italienne a passé l'année dernière à tester des prototypes en vue de leurs débuts en course (qui ont été retardés par la pandémie de COVID-19, étant initialement prévus en 2021). Ce sont ainsi 25 journées d'essais qui ont été réalisées avec différentes équipes, avant que neuf mulets (un par équipe, sauf Williams) ne partagent les tests d'Abu Dhabi.

Lire aussi :Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

À ce stade, les premières conclusions sont manifestement positives. "Par rapport aux pneus de développement que nous avons utilisés durant la saison, je dirais que nous avons confirmé que le nouveau produit a les caractéristiques que j'ai mentionnées précédemment : moins de surchauffe, les pilotes peuvent attaquer davantage", déclare Mario Isola, directeur de la compétition chez Pirelli. "C'était important à Abu Dhabi, où nous avions aussi du trafic, ce que nous ne pouvons pas simuler lors de nos essais de développement pneumatique avec une seule voiture en piste, deux maximum."

"Nous utilisions des mulets, nous devons donc attendre les vraies performances des nouvelles voitures 2022. Nous avons des simulations en provenance des équipes, simulations qui nous disent que les nouvelles voitures ne sont pas beaucoup plus lentes que celles de l'an dernier. Au début, nous parlions de trois secondes au tour ; maintenant, ce n'est qu'une demi-seconde, une seconde. S'ils commencent avec une seconde d'écart, cela signifie que durant la saison, ils vont probablement atteindre le même niveau de performance qu'en 2021."

Mario Isola, Directeur de la Compétition, Pirelli Motorsport © Motorsport.com Mario Isola, Directeur de la Compétition, Pirelli Motorsport

Mario Isola, directeur de la compétition, Pirelli Motorsport

"Avec ces chiffres et ces simulations, nous estimons que nous aurons de meilleures courses, peut-être moins d'arrêts au stand mais plus de spectacle en piste. Mais ce sont des hypothèses que nous devons valider en piste."

Moins d'arrêts au stand ? Voilà qui n'est pas forcément bon signe. Les pitstops se sont raréfiés ces derniers temps, bien loin du millier enregistré lors de la première saison de Pirelli en 2011. L'an passé, le nombre moyen de changements de pneus du vainqueur lors des épreuves sur le sec était de 1,6 ; à l'exception de l'anomalie qu'était la course de Max Verstappen à Abu Dhabi, le Néerlandais ayant profité de plusieurs neutralisations, jamais une victoire n'a été remportée sans pluie avec plus de deux arrêts.

Y aura-t-il donc moins de variabilité stratégique ? "J'espère que non, car l'idée et la manière dont nous avons conçu les pneus sont précisément celle-ci : continuer d'avoir différentes stratégies, un mélange d'un et deux arrêts", rassure Isola. "Il est aussi vrai qu'avec le nouveau produit, avec moins de dégradation, il est possible qu'il y ait moins d'arrêts au stand et que la majorité des courses se fassent sur un arrêt. Comme je le dis toujours, pour moi, ce n'est pas un problème tant que nous avons de bonnes courses avec du spectacle en piste, si nous avons des pilotes qui peuvent dépasser et beaucoup d'action. Quand les dépassements sont trop faciles, ce n'est pas bon. Il est important que le pilote fasse beaucoup d'efforts pour essayer de dépasser."

L'Italien salue par ailleurs des transferts de technologie plus simples avec les pneus 18 pouces qu'avec les 13" précédemment utilisés dans l'élite. "Nous utilisons les sports mécaniques comme laboratoire, ce qui signifie que toute solution, toute innovation en sport auto est un entraînement pour les voitures de route. C'est un outil puissant. Les pneus 18 pouces sont également une manière d'accélérer largement le transfert de technologie. Je ne dis pas que nous n'utilisions pas les pneus 13 pouces pour développer les technologies, mais cette nouvelle taille a également pour objectif d'accélérer ça", conclut Isola.

Lire aussi :Comment choisir entre pneus hiver et pneus 4 saisons ?

© Fournis par motorsport.com

Encore moins d'arrêts au stand en 2022 ?