Nouvelle journée de grève à l’école, record en Allemagne... le point sur le coronavirus

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

© REUTERS/Thomas Peter

La situation en France

Les enseignants se préparent à une nouvelle journée d'action jeudi pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans l'éducation, avec une manifestation dans l'après-midi à Paris qui "ne sera pas empêchée" par la préfecture de police, malgré le dépôt hors délai de la déclaration. Revers pour les organisateurs, la manifestation parisienne n'avait dans un premier temps pas été autorisée. Le préfet de police n'avait pas pu "délivrer de récépissé" aux organisateurs dont la déclaration préalable n'avait pas été déposée dans les "délais légaux", à savoir plus de trois jours avant la journée de mobilisation.

Mercredi, dans un courrier adressé aux organisations syndicales et dont l'AFP a eu connaissance par des sources policières, le préfet Didier Lallement écrit qu'il n'"empêchera pas" le déroulement de cette manifestation, qui sera donc "tolérée" selon Christophe Lalande, secrétaire fédéral du syndicat Force ouvrière pour l'enseignement (FNEC FP-FO). Comme lors de la précédente mobilisation le 13 janvier, le cortège partira à 14H00 du jardin du Luxembourg en direction du ministère de l'Éducation nationale.

Après une grève très suivie jeudi dernier, qui avait rassemblé tous les syndicats de l'éducation, plusieurs d'entre eux - FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Education, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, et les mouvements lycéens FIDL, MNL et La Voix lycéenne - avaient appelé à "poursuivre la mobilisation", en s'engageant "dans une nouvelle journée d'action jeudi, y compris par la grève". Ils estiment que "le chaos engendré par la gestion de la crise sanitaire mérite des réponses fortes, au-delà des engagements pris".

Jeudi dernier, exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés au Covid-19, les personnels de l’Éducation nationale s'étaient mis massivement en grève et avaient manifesté. Près de 78.000 personnes avaient défilé en France, dont 8.200 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. 38,5% des enseignants s'étaient mis en grève dans les écoles maternelles et élémentaires et 23,7% dans les collèges et lycées, selon le ministère de l’Éducation, la FSU, principal syndicat, annonçant des chiffres bien plus élevés (respectivement 75% et 62%).

Sur le plan sanitaire, les hôpitaux français continuent à accueillir de plus en plus de personnes hospitalisées avec le Covid-19 , mais les services de soins critiques suivent la tendance inverse, montrent mercredi les chiffres quotidiens des autorités sanitaires. Actuellement, selon l'agence Santé publique France, 27.230 personnes sont hospitalisés avec un diagnostic positif au Covid, un chiffre qui progresse constamment depuis le début d'année alors que les contaminations flambent sur fond d'explosion du variant Omicron.

Lors des dernières 24 heures, 436.167 personnes ont été testées positives, contre 464.769 la veille. Cela porte la moyenne sur les sept derniers jours à 320.069 cas quotidiens contre 287.603 le mardi précédent. Ce calcul permet de lisser les écarts observés d'un jour à l'autre, souvent artificiellement créés par des problèmes de collecte de données. Sur les dernières 24 heures, 3.187 personnes ont été admises à l'hôpital. Ce dernier chiffre est plus élevé qu'une semaine plus tôt, signe que la pression ne donne pas signe de se calmer pour l'hôpital dans son ensemble. En revanche, la situation s'allège pour les services de soins critiques, qui hébergent les cas les plus graves. Ils accueillent actuellement 3.852 personnes, un chiffre qui décline depuis plusieurs jours.

Record en Allemagne

L'Allemagne a recensé mercredi plus de 100.000 nouveaux cas de contaminations par le Covid-19 en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie début 2020, selon des données publiées par les autorités sanitaires. La première économie européenne a enregistré 112.323 cas supplémentaires ainsi que 239 décès au cours de la journée écoulée, a précisé l'institut de veille sanitaire Robert Koch. Il s'agit du premier dépassement du seuil de 100.000 cas par jour depuis le recensement quotidien.

Le taux d'incidence sur une semaine a par ailleurs atteint 584,4 infections pour 100.000 personnes, selon l'institut. Ce nombre record de cas intervient alors que le variant Omicron est devenu majoritaire en Allemagne, où il est responsable de plus de 70% des nouvelles infections.

Le ministre de la Santé Karl Lauterbach a indiqué en paralèlle s'attendre à ce que la vague actuelle de contamination n'atteigne son sommet que "mi-février" en Allemagne, qui a commencé à être touchée par le nouveau variant après d'autres pays européens comme le Royaume-Uni, ou la France. Dans ce pays, quelque 300.000 cas quotidiens ont été recensés ces derniers jours.

Face à la montée des contaminations, le gouvernement allemand a restreint l'accès des bars et des restaurants aux personnes ayant reçu une troisième dose de vaccin ou présentant un test négatif en plus d'un certificat de vaccination ou de guérison. Le chancelier Olaf Scholz veut instaurer l'obligation vaccinale contre le Covid-19 en Allemagne --où 60 millions d'habitants sur 83 millions sont complètement vaccinés-- mais l'adoption de la mesure a pris du retard, dans un climat surchauffé par les restrictions existantes.

Des manifestations, parfois avec des débordements, rassemblent presque quotidiennement des centaines ou des milliers de personnes contre le projet d'obligation vaccinale. "Pour ma part, je pense que c'est nécessaire et je ferai activement pression en ce sens", a déclaré M. Scholz au Parlement la semaine dernière, lors de sa première séance de questions en tant que chancelier.

Le bilan dans le monde

La pandémie de COVID-19 a fait au moins 5.553.124 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi 19 janvier à 11h00 GMT.

En valeur absolue, les pays qui ont enregistré le plus de morts sont les États-Unis (854.074), le Brésil (621.517), l'Inde (487.202) et la Russie (323.376).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Nouvelle journée de grève à l’école, record en Allemagne... le point sur le coronavirus