Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste

Un jeune homme se tient contre un mur portant un emblème du Front de libération des peuples du Tigré (TPLF), avec le portrait du Premier ministre Meles Zenawi, à Mekele, capitale de la région du Tigeé, dans le nord de l'Ethiopie, le 6 septembre 2020 © EDUARDO SOTERAS Un jeune homme se tient contre un mur portant un emblème du Front de libération des peuples du Tigré (TPLF), avec le portrait du Premier ministre Meles Zenawi, à Mekele, capitale de la région du Tigeé, dans le nord de l'Ethiopie, le 6 septembre 2020

Le parlement éthiopien a avalisé jeudi une décision récente du conseil des ministres de classer comme organisation terroriste le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui a longtemps dominé la vie politique éthiopienne et dirigeait jusque récemment la région du Tigré.

L'entrée du siège du TPLF à Mekele, capitale de la région du Tigré, dans le nord de l'Ethiopie, le 6 septembre 2020 © EDUARDO SOTERAS L'entrée du siège du TPLF à Mekele, capitale de la région du Tigré, dans le nord de l'Ethiopie, le 6 septembre 2020

Cette résolution, adoptée unanimement par des députés acquis au parti au pouvoir, concerne également l'Armée de libération oromo (OLA), un groupe armé actif notamment dans les régions Oromia et Amhara.

La classification du TPLF en entité terroriste éloigne un peu plus la perspective de pourparlers de paix au Tigré, six mois après que l'armée fédérale y a lancé une vaste opération militaire pour y renverser les autorités régionales.

Le TPLF a dominé la coalition au pouvoir en Ethiopie entre 1991 et 2018, date de la nomination de Abiy Ahmed au poste de Premier ministre.

Le procureur général d'Ethiopie, Gedion Timothewos, a assuré que les citoyens ordinaires ne seraient pas affectés par cette nouvelle mesure, tout en mettant en garde d'éventuels pays étrangers de collaborer avec les deux groupes.

Pour le Centre d'information et de communication du Tigré, installé aux Etats-Unis, la mesure va déboucher sur des "arrestations en masse" et donnera plus de latitude au gouvernement pour persécuter les Tigréens, qui représentent environ 6% de la population.

M. Abiy a proclamé la victoire au Tigré fin novembre, lorsque l'armée a pris la capitale régionale Mekele, mais les dirigeants du TPLF restent en fuite et des combats persistent.

Le conflit a provoqué une crise humanitaire grave, Médecins sans frontières (MSF) s'inquiétant mercredi de niveaux "alarmants" de malnutrition au sein de la population du Tigré. L'Organisation internationale pour les migrations de l'ONU (OIM) estime qu'un million d'habitants de la région ont fui leur foyer en raison de la crise.

De son côté, l'OLA est issue d'une scission du Front de libération oromo (OLF), groupe d'opposition ayant renoncé à la lutte armée depuis le retour d'exil de ses dirigeants après l'arrivée  au pouvoir de M. Abiy, premier dirigeant éthiopien oromo.

Les autorités éthiopiennes accusent depuis longtemps le TPLF de s'associer à l'OLA pour alimenter la violence ethnique et saper l'autorité du gouvernement fédéral.

Des élections régionales et législatives sont prévues le 5 juin en Ethiopie, les premières depuis l'arrivée au pouvoir de M. Abiy qui cherchera à y conforter son pouvoir en obtenant la légitimité des urnes.

Mais de nombreux obstacles se dressent sur le chemin des élections: la guerre au Tigré où le scrutin a été reporté sine die, les violences politico-ethniques et des défis logistiques immenses dans ce pays de quelque 110 millions d'habitants.

str/np/fal/md/sba

Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste