Mpho Phalatse, première femme noire maire de Johannesburg

Mpho Phalatse à Johannesburg lors de son discours inaugural devant le Conseil municipal © Adrian Kriesch/DW Mpho Phalatse à Johannesburg lors de son discours inaugural devant le Conseil municipal

Mpho Phalatse est la première femme noire à prononcer son discours inaugural devant le Conseil municipal de Johannesburg, dans l’'immense bâtiment circulaire et dans une ambiance chaotique.

Les conseillers municipaux de l’ANC, le parti de Nelson Mandela, ont même retardé le discours de la maire en criant à tue-tête "Free Palestine."

Ils lui reprochent en effet d’avoir qualifié la ville de Johannesburg d'"ami d'Israël", il y a trois ans. Mais la maire ne se laisse pas déstabiliser et parle de sa vision et de ses priorités.

"J'ai déjà tout subi", dit-elle en parlant des attaques des autres partis et en levant les yeux au ciel. Mais aujourd'hui, elle veut amorcer un changement. Même si elle est la patronne d'une ville en déclin, comme elle le dit elle-même.

"Tous les résidents méritent des services de qualité et doivent les obtenir. Il n'y a pas d'excuses pour ne pas garder les lumières allumées et le robinet ouvert. Il ne peut y avoir de croissance économique sans que l'essentiel soit fait."

Pauvrété, criminalité etc.

Juste en face de la salle de la mairie, des dizaines de sans-abri ont aménagé contre un mur. Déchets, nids de poule, criminalité : le centre-ville de Johannesburg est tristement célèbre.

A lire aussi : En Afrique du Sud, l'armée déployée après des morts et pillages

Si Johannesburg était dans le passé une ville riche en raison de l’or trouvé dans la région, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. La cité est touchée par une rude crise économique, l'électricité et l'eau y sont régulièrement coupées.

Mpho Phalatse rappelle ainsi que plus de 40% des habitants n'ont pas de travail et ce taux atteint 55% chez les jeunes.

Malgré tout, pour beaucoup encore, Johannesburg reste une ville d'opportunités.

A lire aussi : Les raisons de la montée de la xénophobie en Afrique du Sud

La migration et la Covid-19

Des milliers de personnes d'autres pays africains viennent y vivre chaque année, à la recherche d'une vie meilleure. Plusieurs partis ont ainsi fait de l'immigration illégale un thème central de leur campagne électorale pour le poste de maire. Mais ce n'est pas le cas de Mpho Phalatse.

"C'est une ville d'opportunités, la ville de l'or. Pendant des décennies, les gens sont venus à Johannesburg à la recherche d'opportunités. Mais aujourd’hui, les gens finissent dans la rue parce que la ville les déçoit. La ville est malade et a besoin d'un médecin. Maintenant, elle a un médecin à la barre. Et je vais aider à la soigner pour qu'elle soit en bonne santé."

Mpho Phalatse ne se lasse pas de répéter qu'elle aime résoudre les problèmes. Mais il y a une urgence qui semble pour l’instant difficile à résoudre : la pandémie de Covid-19.

Le nombre de nouvelles infections à la Covid-19 en Afrique du Sud augmente rapidement et la situation risque de se dégrader avec le nouveau variant Omicron. Face à cela, seul un Sud-Africain sur quatre est complètement vacciné.

La nouvelle maire est médecin de formation et elle reste ainsi convaincue que la vaccination est le meilleur moyen d'éviter les hospitalisations.

Mpho Phalatse, première femme noire maire de Johannesburg