[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: la France offre 300 millions d'euros à Kiev et promet des sanctions

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky, à Kiev, le 8 février 2022. © AP Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky, à Kiev, le 8 février 2022.

Au soir du premier soir de l'invasion russe en Ukraine, le président ukrainien Zelensky a fait état d'un bilan de 137 morts et déplore que son pays soit laissée « seule face à la Russie ». La mobilisation générale a sonné dans le pays pour tenter de freiner l'offensive massive déclenchée par Vladimir Poutine, à laquelle Etats-Unis et Union européenne ont répliqué par une nouvelle batterie de sanctions. Un assaut de Kiev est redouté pour les prochaines heures.

Article mis à jour régulièrement, cliquez sur ce lien pour rafraîchir

Les points essentiels :

► Ce vendredi, tous les regards sont tournés vers la capitale Kiev où des « groupes de sabotage » russes seraient actuellement à l'oeuvre, selon le chef de l'État ukrainien en fin de soirée jeudi, qui s'est dit « cible numéro un » de Moscou. L'armée russe se rapproche de la capitale.

► À la fin du premier jour de l'invasion russe, le Kremlin revendiquait « un succès » après la mise à l'arrêt ou la prise de contrôle de nombreux points stratégiques, notamment la centrale de Tchernobyl. Elle a aussi annoncé que les séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine ont réalisé des gains territoriaux. Des combats sont en cours dans de nombreuses régions du pays. La mobilisation générale a été décrétée côté ukrainien.

► Le bilan humain donné jeudi soir par le président ukrainien fait état de 137 morts et 316 blessés au combat. Par ailleurs, des cohortes de réfugiés, 100 000 selon l'ONU, ont fui le pays vers les pays voisins comme la Pologne.

Un sommet de l'Otan doit se tenir ce vendredi en visioconférence. Les États-Unis défendront « le moindre pouce de territoire de l'Otan », mais n'enverront pas de troupes en Ukraine, a annoncé le président américain Joe Biden.

► Plusieurs trains de sanctions ont été décidés par l'Union européenne, mais aussi les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada. Elles visent essentiellement le secteur bancaire, les importations technologiques et des proches du pouvoir. 

► Jeudi matin 24 février, à l'aube, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé lors d’une intervention télévisée une « opération militaire » spéciale en Ukraine. « Nous nous efforcerons d'arriver à une démilitarisation et une dénazification de l'Ukraine », avait-il déclaré.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

4h44 : Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, dénonce les « horribles » tirs de missiles russes sur Kiev. 

4h09 : Sur son compte Facebook, l'armée de terre ukrainien a indiqué que des « tirs de missiles » visaient Kiev, précisant avoir détruit deux de ces missiles en vol. Elle a publié une courte vidéo amateur montrant un immeuble d'habitation en proie à un incendie. Le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, a lui indiqué que trois personnes avaient été blessées, dont une grièvement, par des débris de missiles tombés dans un quartier résidentiel du sud-est de la capitale.

2h48 : « Les frappes contre Kiev avec des missiles de croisière ou balistique ont repris. J'ai entendu deux fortes explosions », a affirmé le vice-ministre ukrainien de l'Intérieur, Anton Gerachtchenko, sur son compte Telegram.

2h26 : des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent et font entendre des explosions dans la capitale, également rapportées par des agences de presse.

1h45 : prise de parole du président français Emmanuel Macron. La France va offrir 300 millions d'euros d'aide à l'Ukraine et des équipements militaires. Paris va par ailleurs accélérer le déploiement de soldats en Roumanie, pays frontalier de l'Ukraine, dans le cadre de l'Otan, mais aussi dans les pays baltes « en envoyant en Estonie un nouveau contingent au sein de la présence avancée renforcée, en anticipant sa participation à la police du ciel balte dès le mois de mars ».

  

1h40 : Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne sont convenus lors d'un sommet extraordinaire sur l'Ukraine, jeudi à Bruxelles, de sanctionner 70% du marché bancaire russe et des entreprises publiques russes majeures, a annoncé la président de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Elle a ajouté que ces sanctions, qui limitent aussi l'accès de la Russie aux marchés financiers européens, allaient accroître les coûts d'emprunts de la Russie et alimenter l'inflation dans le pays. L'UE a aussi décidé de limiter l'accès de la Russie à des secteurs technologiques clés, comme celui des semi-conducteurs. 

Le président russe Vladimir Poutine « doit et va échouer », a déclaré vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. 

  

1h35 : le président ukrainien se dit cible numéro 1 de l'opération militaire russe mais a promis, dans la nuit de jeudi à vendredi, de rester à Kiev alors que l'armée ukrainienne fait face à une offensive des troupes russes qui avancent vers la capitale. « Ma famille est la cible numéro deux. Ils veulent détruire l'Ukraine politiquement en détruisant la tête de l'Etat », a-t-il ajouté. « Je vais rester dans la capitale. Ma famille se trouve aussi en Ukraine », a assuré Volodymyr Zelensky.

23h14 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a regretté vendredi que Kiev se retrouve « laissée seule » face à l'armée russe qui a envahi l'Ukraine la veille. « Qui est prêt à combattre avec nous ? Je ne vois personne. Qui est prêt à donner à l'Ukraine la garantie d'une adhésion à l'Otan ? Tout le monde a peur », a-t-il dénoncé, dans une adresse vidéo publiée sur le compte de la présidence ukrainienne.

23h08 : Zelensky signale des « groupes de sabotage » russes dans Kiev.

 

22h56 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi la mort d'au moins 137 de ses concitoyens depuis le début de l'invasion russe jeudi matin. « 137 héros, nos citoyens » ont perdu la vie, a-t-il indiqué dans une adresse vidéo mise en ligne sur le site de la présidence, ajoutant que 316 autres Ukrainiens avaient été blessés lors des combats.

[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: la France offre 300 millions d'euros à Kiev et promet des sanctions