Sénégal : Barthélémy Dias fait le show avec son contre-sommet de l’eau

Irrité de ne pas avoir été associé à l’organisation du Forum mondial de l’eau, lancé dans « sa » ville par Macky Sall le 21 mars, l’opposant et maire de Dakar a choisi d’organiser son propre sommet. En même temps et sur le même thème.

Barthélémy Dias en décembre 2016, à Dakar © SEYLLOU/AFP Barthélémy Dias en décembre 2016, à Dakar

C’est un bras de fer dont le président Macky Sall se serait bien passé. Alors que s’ouvrait, le 21 mars, pour six jours, le neuvième Forum mondial de l’eau à Diamniadio, dans la grande banlieue de Dakar, un contre-forum sur l’accès à l’or bleu débutait dans la capitale sénégalaise. Voulu par son maire, l’opposant Barthélémy Dias, il doit prendre fin ce mercredi 23 mars et visait à concurrencer la grand-messe organisée conjointement par le Sénégal et le Conseil mondial de l’eau. Y prenaient part plusieurs personnalités et chefs d’État, dont le Congolais Denis Sassou Nguessou ou le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embaló.

À lire À Dakar, le Forum mondial de l’eau en quête de solutions

Depuis la première édition en 1997, à Marrakech, c’est la première fois qu’une capitale d’Afrique subsaharienne abrite ce sommet de haut niveau consacré à l’eau. Selon les Nations unies, seulement un Africain sur quatre a accès à l’eau potable alors que des sécheresses menacent la sécurité alimentaire du continent. On aurait pu croire que la gravité de la thématique et des enjeux allait fait taire toute querelle politicienne, mais il n’en a rien été.

Trouble-fête

Excédé de n’avoir pas été associé à l’organisation du forum international, Barthélémy Dias, élu en début d’année sous la bannière de la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi, a choisi de jouer les trouble-fête. « À la place d’une collaboration, on nous a envoyé un carton d’invitation pour le maire de Dakar, qui était censé accueillir ses collègues maires venant d’autres pays », s’insurge dans un média sénégalais Abass Fall, premier adjoint au maire de Dakar.

Cette méthode de fragiliser le maire de Dakar ne marchera pas avec moi

En représailles, l’édile a donc décidé d’organiser le même jour son propre « Forum mondial de l’eau », dont le thème est « L’eau à Dakar, Dakar dans les eaux ». « Il faut que le président respecte les démembrements de l’État. La mairie de Dakar est une réalité. Cette méthode de fragiliser le maire de Dakar ne marchera pas avec moi », a-t-il fustigé à l’ouverture de son colloque.

https://twitter.com/BarthelemyDias1/status/1505983182432256004

Des accusations rejetées par le secrétariat exécutif du forum, assuré par le pays organisateur. Dans un communiqué en date du 17 mars, ce dernier affirme que plusieurs actions ont été menées en « direction de la Ville de Dakar et plus globalement en direction de l’ensemble des collectivités territoriales ». En outre, poursuit le document, Dakar a été associée à toutes les activités du forum, dont « la préparation du segment politique des autorités locales » et « la mobilisation des élus locaux du monde ».

Victimisation ?

Problème : ces différentes activités préparatoires avaient été réalisées pour l’essentiel sous la mandature de Soham El Wardini, l’ancienne maire de la capitale, certes issue de l’opposition mais jugée plus conciliante à l’égard du pouvoir que Barthélémy Dias, davantage intrépide et virulent à l’encontre de Macky Sall. « Barthélémy Dias veut se victimiser. C’est de la politique politicienne », affirme un cadre du ministère de l’Eau.

À lire Sécheresse en Afrique : pourquoi le Forum mondial de l’eau doit aboutir à des décisions radicales

Le maire de Dakar aurait surtout été vexé de n’avoir pas été invité à prononcer un discours lors de la cérémonie d’ouverture. « Tous ceux qui ont participé au Forum de l’eau dans d’autres pays ont dit que, dans tous les pays, le maire de la ville accueille ses collègues maires et leur souhaite la bienvenue », affirme Abass Fall. Le secrétariat exécutif du forum rappelle, lui, que « la prise de parole des autorités lors des événements répond à des règles protocolaires propres à chaque pays. » Lesquels établissent, pour le Sénégal, que « l’autorité locale prononce le mot de bienvenue lorsque sa collectivité territoriale accueille un événement de dimension nationale ». Ce qui n’est pas le cas du Forum mondial de l’Eau, « un évènement de dimension internationale où seul le président de la République prononce une allocution au nom de l’État et du peuple sénégalais ».

Sénégal : Barthélémy Dias fait le show avec son contre-sommet de l’eau