Saints de Marrakech #6 : Abdellah El Ghazouani, le «jardinier» méprisé par les Wattassides

© Fournis par Yabiladi

Amoureux de l’agriculture et de la construction de puits et de chenaux, Abdellah El Ghazouani est le disciple d’Abdelaziz Tebbaa. Méprisé par les Wattassides, il prédit la chute des successeurs des Mérinides et mènera sa vie entre Fès et Marrakech où il sera surnommé «Moul El Ksour».

Avant de devenir l’un des Sept Saints de Marrakech, Sidi Abdellah Ben Oujal El Ghazouani était avant tout connu pour son amour pour le jardinage, le forage de puits et de chenaux. Dit «Moul El Ksour», en allusion au quartier de Marrakech qui porte depuis son nom, il mène une vie entre Fès et la ville ocre à une époque où la dynastie wattasside est en déclin. 

Originaire de la tribu Ghazouane à Chaouia, il est né à Ksar El Kébir où il apprendra à lire et à écrire avant de se rendre d’abord à Fès puis à Grenade pour rencontre le Cheikh Abou Al Hassane Ali Saleh Al Andaloussi. Ce dernier, de retour à Fès, est suivi par le jeune El Ghazouani pour apprendre le coran et la science. L’érudit restera au service de la zaouia de ce cheikh pendant quelques années avant d’être autorisée à se rendre à Marrakech

Dans la ville ocre, El Ghazouani deviendra le disciple de Sidi Abdelaziz Tebaa. Selon le récit rapporté dans «Al Motrib Bi Machahir Al Maghrib» du Cheikh Abdellah Ben Abdelkader Talidi, le maître confiera à son disciple les missions de transporter du bois de chauffage à la zaouia et de s’occuper du bétail. «Plus tard, El Ghazouani se chargera surtout des jardins de la zaouia. Il y passera dix ans de sa vie», poursuit-il.

Emprisonné à Fès par les Wattassides

Il sera enfin autorisé par son cheikh à quitter Marrakech et se rendre dans sa région de Ksar El Kébir. A El Habat, El Ghazouani construit une première zaouia puis une deuxième à Ben Yedder, à proximité des tribus jbalas. Sa réputation et son enseignement basé sur la tariqa Chadiliya Tebbaaiya le rendent ainsi célèbre, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention des serviteurs d’Abou Abdellah Mohamed Ben Cheikh Al Wattassi. Selon un article de Jamal Bami paru dans la revue Oloum wa Omran, le sultan wattasside ordonnera ainsi l’arrestation d’Abdellah El Ghazouani, alors que ce dernier se dirige vers Marrakech.

L’érudit est alors «enchaîné» et transféré à Fès où il est emprisonné. Ce n'est que grâce à des récits «mythiques» rapportés par ses geôliers et après s’être assuré que le disciple d’Abdelaziz Tebbaa n’a aucune prétention au trône wattasside que le sultan décide de libérer El Ghazouani. Il lui présente ses excuses et l'exhorte de rester à Fès. A Bab Ftouh, l’amoureux du jardinage construit une nouvelle zaouia qui abritera par la suite la tombe de son disciple Abou Abdellah Mohamed Ben Ali Ben Talib.

La zaouia d'Abdellah El Ghazouani de l'intérieur. / Ph. DR

Saints de Marrakech #6 : Abdellah El Ghazouani, le «jardinier» méprisé par les Wattassides