Diaspo #224 : Chadia A. Ouqassou, Amazighen et l’huile de figue de barbarie aux Etats-Unis

Chadia Ouqassou fait partie des jeunes entrepreneurs ayant réussi à transformer une simple routine en business. Après avoir lancé un premier produit cosmétique en Floride à base d’huile de figue de barbarie, elle s’apprête à doter sa marque, Amazighen, d’une gamme complète de produits de soins pour les cheveux.

D’origine amazighe, Chadia Ali Ouqassou a appris depuis toute petite à prendre elle-même soin de ses cheveux. Un savoir-faire qu’elle a transporté avec elle aux Etats-Unis, où elle a l’habitude d’appliquer des soins profonds, à base d’huile de figue de barbarie et d’amande douce, pour ses cheveux. Aujourd’hui, ce mélange qu’elle a su transformer en produit, sous la marque Amazighen, rencontre un franc succès aux Etats-Unis et notamment en Floride.

Née en 1992 à Dakhla, dans le Sahara marocain, d’un père gouverneur, cette jeune femme a «vécu un peu partout au Maroc, car sa famille déménageait presque tous les quatre ans. De Marrakech à Tanger, en passant par Khouribga, c’est par exemple à Chefchaouen où elle décroche son baccalauréat. Ce parcours est marqué par un premier voyage aux Etats-Unis, dans le cadre d’un échange, qui lui permet de découvrir la Floride et la Californie.

Une routine derrière le lancement d'Amazighen 

Après une formation couronnée de succès à l’Université Al Akhawayn et un double-diplôme en finances et logistique en poche, Chadia A. Ouqassou s’installe aux Etats-Unis pour un MBA à Miami en gestion de la chaîne logistique. C’est notamment grâce à sa mère, qui l’a accompagnée pendant les premières semaines et une «forte communauté marocaine» que son intégration se passe de la meilleure manière possible.

© Fournis par Yabiladi

Après son MBA, la Marocaine a eu l’occasion de travailler dans différentes entreprises américaines, notamment un laboratoire pharmaceutique. Une expérience enrichissante mais qui ne l'emballe pas vraiment. En 2019, Chadia A. Ouqassou réfléchit à lancer un produit cosmétique. «J’ai de beaux cheveux et les filles m’interpellent pour demander s’il s’agit d’extensions ou ce que j’utilise comme soins. En m’installant aux Etats-Unis, j’ai poursuivi ma routine qui consiste à mélanger l’huile de figue de barbarie avec celle d’amande douce pour les cheveux», nous explique-t-elle.

«Je me suis retrouvée par la suite en train de conseiller les femmes à se procurer cette huile organique et bio pour obtenir un résultat incroyable. En 2019, j’ai donc lancé un produit et commencer par un packaging simple. J’ai décroché un contrat avec les supermarchés Publix.»

Chadia Ouqassou

Diaspo #224 : Chadia A. Ouqassou, Amazighen et l’huile de figue de barbarie aux Etats-Unis