Hamraoui « menacée et insultée », le PSG se défend

Suite à un courrier de l'avocat de Kheira Hamraoui adressé au PSG pour se plaindre du traitement dont elle ferait l'objet, le club parisien a répondu.

Kheira Hamraoui, le PSG répond © Fournis par Football 365 Kheira Hamraoui, le PSG répond

La tension ne retombe décidément pas au Paris Saint-Germain. Pas plus chez les hommes que chez les femmes. Côté féminin, l'atmosphère du vestiaire est devenue particulièrement invivable depuis le déclenchement de "l'affaire Hamraoui". Agressée sauvagement à la barre de fer par des inconnus le 4 novembre dernier, la milieu de terrain avait alors porté ses premiers soupçons sur sa coéquipière, Aminata Diallo (relâchée sans charge à son encontre après 36 heures de garde à vue), avant de mettre en cause - comme le rapportait alors L’Équipe - le mari de Kadidiatou Diani, en charge des intérêts de sa moitié, ainsi que ceux de Marie-Antoinette Katoto. De quoi se mettre à dos les joueuses citées. Ces dernières ont été pointées du doigt par l'avocat de Kheira Hamraoui. Le PSG lui a répondu.

Voir aussi : OM : La catastrophe pour Milik !

Tout cela est raconté dans les colonnes de L’Équipe. Ce jeudi, le quotidien sportif racontait en détail le contenu de la missive de Maître Saïd Harir qui y déplorait notamment un "certain nombre de faits qui altèrent gravement à la santé psychologique de (s)a cliente". Celui-ci visait par ailleurs Marie-Antoinette Katoto, Kadidiatou Diani et Aminata Diallo qui auraient, selon lui "provoqué, menacé, insulté et intimidé" une Kheira Hamraoui "victime d'agissements répétés constitutifs de harcèlement moral". L'avocat soulignait enfin le "silence malaisant" et la "passivité blâmable" du Paris Saint-Germain, déplorant que les trois joueuses en question n'aient pas été "inquiétées, ni sanctionnées" par le club. Celui-ci lui a donc répondu.

Le PSG a fait les choses "au mieux"

Ce vendredi, le média raconte avoir contacté le club à ce sujet. Le PSG a simplement indiquée que le courrier qu'il avait reçu était "une procédure RH en interne au PSG". Pour cette raison, il a décidé de ne pas faire davantage de commentaire. Pour autant, une source proche est citée par L’Équipe et confirme que le club est "très proche des joueuses concernées par cette agression" et qu'elles ont été "accompagnées au mieux au niveau de leur sécurité". Le quotidien précise enfin qu'il a tenté de joindre les trois joueuses incriminées et/ou leurs représentants, sans avoir de réponse.

Hamraoui « menacée et insultée », le PSG se défend