Fin de parcours pour l’OM / Ligue Europa Conference (demi-finale retour)

En butant sur le Feyenoord (0-0), l'Olympique de Marseille a échoué à se qualifier pour la finale de la Ligue Europa Conference.

Marseille Feyenoord © Fournis par Football 365 Marseille Feyenoord

Quatre ans après sa dernière finale européenne, l'Olympique de Marseille ne pourra pas s'offrir un nouveau coup de projecteur. Le club phocéen a échoué à accéder à la dernière marche de la nouvelle Ligue Europa Conference. Une désillusion pour la bande à Sampaoli, douchée par une équipe de Feyenoord qui semblait à sa portée. Mais après avoir montré son allant offensif à l'aller, la formation néerlandaise a affiché un visage défensif intraitable lors de ce match retour. Les bourdes de la première manche pèsent lourd dans la balance.

L'OM impuissant sans son maître à jouer

Après le scénario de Rotterdam, Jorge Sampaoli avait annoncé la couleur : il n'était pas question de revivre un match "ping-ping" incertain pour l'équipe qui cherche à imposer sa maîtrise. Marseille n'avait pas d'autres alternatives que d'emballer le match avec son mode opératoire : une possession importante et un contrôle absolu du jeu. Pour autant, Sampaoli a laissé le jeune Dieng dans le onze de départ en lieu et place de Milik. Un choix qui n'a pas empêché Marseille de mettre les bons ingrédients d'entrée de jeu.

Les premiers contacts, les premières courses ont vite donné le ton. Tout au long de cette rencontre, les Marseillais ont répondu présents dans la récupération du ballon, forts d'une abnégation admirable. C'est dans son utilisation qu'ils ont failli. Il faut dire que la mission s'est encore compliquée à la sortie de leur maître à jouer Dimitri Payet, blessé au cœur d'un premier acte très cohérent. Le Français avait eu le temps de se mettre en évidence à la conclusion d'un joli mouvement collectif mais sa frappe du gauche a rasé la lucarne (21e).

Payet sorti, Marseille a dû changer ses plans avec Milik. Le Polonais a pesé sur le front de l'attaque, mais il lui a manqué la petite étincelle pour fructifier ses munitions, à l'image d'un coup de tête trop mou (34e), ou d'un contrôle trop long dans une position idéale (63e). Marseille a jeté toutes ses armes dans une seconde période un peu plus désordonnée, où les lignes se sont étirées à mesure que le chronomètre planait comme une épée de Damoclès. Poussés par un Vélodrome bouillant, les Marseillais ont eu les situations pour refaire leur retard, mais ils sont restés impuissants dans la finition, jusqu'au bout (Rongier 55e, Lirola 77e). Steve Mandanda, lui, avait fait le job à l'autre bout du pré pour préserver le suspense (72e). Mais cela n'a rien changé.

Pour Marseille, les sentiments s'entremêlent après ce dénouement cruel. La colère, peut-être. L'impuissance, sûrement. Et un peu de fierté, malgré tout. L'OM devra s'en remettre pour consolider sa place de dauphin en Ligue 1.

Fin de parcours pour l’OM / Ligue Europa Conference (demi-finale retour)