Un gros couac perturbe le départ du triathlon

Le triathlon masculin, disputé très tôt dimanche matin, a été le théâtre d’un faux départ causé par une erreur de l’organisation.

La présence d’un bateau de l’organisation a provoqué un faux départ. © DR La présence d’un bateau de l’organisation a provoqué un faux départ.

Après la fausse victoire, le faux départ. Au lendemain de la célébration d’Annemiek van Vleuten, persuadée d’avoir remporté la course de cyclisme en ligne féminine, alors qu’elle venait de terminer deuxième, une nouvelle scène cocasse s’est déroulée ce lundi à Tokyo, lors du triathlon masculin.

Le départ intervenait à 6h30 locales. Peut-être pas tout à fait réveillés, les organisateurs ont fait retentir le signal alors qu’un bateau n’avait pas encore quitté la rive. Résultat: seule la moitié des coureurs a pu s’élancer pendant que l’autre, bloquée, est restée à quai.

S'en sont suivies quelques secondes de panique, lors desquelles l’embarcation a tenté de se retirer précipitamment au milieu de quelques athlètes partis à l’eau (pour la sécurité, on repassera!), pendant que les partants nageaient à toute vitesse sous le regard interloqué des observateurs alentour.

Il a donc fallu rapatrier tout le monde pour procéder à un nouveau départ. Mais ce couac n’a pas été sans conséquences pour certains participants. Annoncé comme le grand favori de l’épreuve, le Français Vincent Luis a été perturbé par cette fausse entame, à laquelle il a pris part. «C’était étrange, c’est peut-être la première fois de ma carrière qu’il y a un faux départ et j’ai eu du mal à me remettre en action derrière, a-t-il témoigné. Ce genre de chose ne devrait pas arriver aux Jeux.»

«Ce genre de chose ne devrait pas arriver aux Jeux»

Vincent Luis a franchi la ligne d’arrivée en 13e position, bien loin de son objectif initial. Les deux Suisses engagés, le Soleurois Max Studer (25 ans) et le Zurichois Andrea Salvisberg (32 ans), ont terminé respectivement 9e et 22e.

Un gros couac perturbe le départ du triathlon