REM de l'Est: l'ingénieure Maud Cohen présidera un comité d'experts indépendants

© Fournis par La Presse Canadienne

MONTRÉAL — L'ingénieure Maud Cohen présidera un nouveau comité d'experts indépendants sur l'intégration architecturale et urbaine du Réseau express métropolitain (REM) de l'Est.

Le comité est formé de 15 membres issus de différentes disciplines – notamment en architecture, en urbanisme, en design, en développement urbain – et ses membres sont nommés par le gouvernement du Québec.

Il formulera des recommandations à la firme d'architecture Lemay et les équipes de CDPQ Infra qui ont la responsabilité du design du projet.

Les recommandations seront toutes rendues publiques, a assuré Harout Chitilian, vice-président aux affaires corporatives, au développement et à la stratégie de CDPQ Infra, mardi, lors d'une conférence de presse.

Le groupe «ne se penchera pas uniquement sur le tronçon, mais bien sur l'ensemble du tracé», a précisé la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, notant que cette décision a été prise «d'un commun accord» avec la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le comité devra s'assurer tout au long de son mandat que l'intégration urbaine et architecturale soit «la pierre angulaire du projet», a insisté la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Autrement dit, a détaillé la mairesse, le projet devra s'intégrer de façon harmonieuse au milieu de vie traversé en respectant le patrimoine et le milieu bâti et les résidants de ces quartiers. Les usagers devront aussi avoir accès à des stations connectées et accessibles et qu'il sera possible de se déplacer autour d'elles de façon sécuritaire.

Le REM de l'Est comprend deux lignes de métro léger convergeant vers le centre-ville de Montréal. Il s'étalera sur 32 kilomètres et comprendra 23 stations. CDPQ Infra projette que l'infrastructure comportera 8 kilomètres de voies souterraines et 24 kilomètres de voies aériennes.

Ce ne sera pas une construction en hauteur en béton à l'image de son frère dans l'ouest de la ville. «C'est une promesse», a lancé Mme Rouleau. «Le REM de l'Ouest sert d'expérience», a-t-elle indiqué, assurant que le projet sera «parfaitement intégré à la trame urbaine».

CDPQ Infra n'écarte d'ailleurs pas que le projet soit entièrement réalisé en souterrain. «Un projet de cette envergure-là, c'est un projet qui évolue constamment», a simplement indiqué M. Chitilian. D'ailleurs, une partie du tracé sera finalement enfouie dans Montréal-Nord.

La mairesse Valérie Plante a par ailleurs refusé de clarifier où elle se positionne désormais sur l'option d'un tracé aérien au centre-ville, le long du boulevard René-Lévesque. «Je suis rassurée qu'il y a un comité aviseur prescriptif», a-t-elle simplement déclaré.

En parallèle aux travaux du comité, des séances d'information publiques et des consultations citoyennes seront également menées en mode virtuel au cours des prochaines semaines.

Le succès du REM de l'Est repose notamment sur «l'acceptabilité sociale», a soutenu la ministre rouleau. Cette adhésion de la population est une «condition importante à la réussite du projet», a renchéri la mairesse Plante.


Vidéo: La Commission Laurent publie son rapport (Le Devoir)

REM de l'Est: l'ingénieure Maud Cohen présidera un comité d'experts indépendants