Volleyball: une Saguenéenne recrutée par l’Université Laval

Stéphanie Beauchemin © TIRÉE DE FACEBOOK, ROUGE ET OR Stéphanie Beauchemin

C’est dans l’uniforme du Rouge et Or de l’Université Laval que la Saguenéenne Stéphanie Beauchemin poursuivra son parcours en volleyball. L’ancienne porte-couleurs des Gaillards au Cégep de Jonquière traversera la route 175 dès l’automne pour disputer la prochaine saison dans la Vieille Capitale.

À son grand bonheur, celle-ci a eu « l’embarras du choix », cet hiver, alors qu’elle a reçu plus d’une offre universitaire. Le programme de l’Université Laval, dont l’entraîneur est lui-même entré en contact avec elle avant la période des Fêtes, était toutefois celui qui lui convenait le mieux.

« J’avais discuté avec d’autres coachs aussi, mais finalement c’était vraiment ce programme-là de volleyball et aussi scolaire qui m’intéressait le plus, explique celle qui étudiera la littérature. […] J’ai suivi le parcours universitaire d’un peu toutes les équipes et je trouvais que l’Université Laval avait vraiment des valeurs qui me ressemblaient, l’équipe a un style de jeu qui va faire en sorte que je pourrai bien m’inclure. »

Nommée membre de la 1re équipe d’étoiles du Réseau du sport étudiant du Québec en 2019-2020, Stéphanie Beauchemin affiche une belle confiance, à l’aube de ce nouveau défi, bien que consciente que le niveau de jeu haussera d’un cran. Le fait que son ancienne équipe, les Gaillards, ait passé en première division au préalable l’a aidée dans sa préparation, l’amenant à compétitionner dans un calibre plus relevé.

L’athlète de 19 ans aurait aimé pouvoir disputer des matchs la saison dernière, question de peaufiner son jeu, mais elle se sait dans le même bateau que les autres joueuses.

« Ça m’inquiète un peu, le fait qu’on n’ait pas pu jouer à cause de la COVID-19, mais je me dis que tout le monde part de là, tout le monde est un peu rouillé de jouer des matchs. Je suis quand même contente qu’on ait pu pratiquer. »

Si Stéphanie Beauchemin ne sait pas exactement quel rôle elle campera dans sa nouvelle formation, son entraîneur ne lui ayant « pas fait de promesse », elle sait d’ores et déjà quelle attitude elle adoptera.

« Je vais me battre beaucoup dans les entraînements, travailler vraiment fort au gym, en musculation, pour essayer d’avoir une bonne place. Si je suis vraiment assidue et que je travaille super fort, je suis sûre que je vais pouvoir gagner du temps de jeu quand même rapidement. »

Volleyball: une Saguenéenne recrutée par l’Université Laval