Une Manitobaine planifie un voyage dans l’espace

Judy Anderson a fait un paiement pour assurer sa place dans la navette spatiale de Virgin Galactic. © Université du Manitoba/Avec la gracieuseté d'Ari Cui Cui Judy Anderson a fait un paiement pour assurer sa place dans la navette spatiale de Virgin Galactic.

La scientifique et professeure émérite de l’Université du Manitoba Judy Anderson se prépare pour un voyage dans l’espace, comme future passagère de la navette spatiale de la compagnie britannique Virgin Galactic.

Mme Anderson a déjà fait un dépôt pour une place au sein de la navette du milliardaire Richard Branson, fondateur de Virgin Galactic. Elle a versé une somme de 20 000 $, une infime partie du coût total de l'expédition.

Les gens ne vont pas dans l’espace en partie parce qu'ils n'en ont pas les moyens. Un demi-million de dollars, c’est beaucoup d’argent. Cela dit, je pense que je pourrais convaincre mon mari de m’accompagner si une autre place se libérait», lance-t-elle.

En tant que future passagère de la navette de Virgin Galactic, elle a reçu des lunettes de réalité virtuelle pour lui donner une idée de l’expérience. Ces lunettes lui ont été prêtées pour une semaine.

Voir la navette de Branson se rendre aux portes de l’espace lui a rappelé beaucoup de souvenirs.

J’étais surprise d’être aussi excitée. Ça m’a ramenée à ce que c’était que de regarder les missions sur la lune et les sorties dans l’espace », raconte-t-elle.

Un rêve qui pourrait devient réalité

Judy Anderson a commencé à économiser pour ce voyage dans l’espace depuis 11 ans. Elle a déjà postulé dans les années 90 auprès du programme spatial du Canada pour devenir astronaute, mais sa candidature a été rejetée après plusieurs rondes de sélection.

Elle dit que son intérêt pour l’espace est né durant son enfance.

Quand [Youri] Gagarine est allé dans l’espace, je me souviens d'avoir suivi ça avec mes parents à la radio, et je pense que lorsque la télévision est arrivée, nous avons regardé le premier documentaire à ce sujet », déclare-t-elle.

Mme Anderson a le numéro de passager 623. Considérant que six passagers peuvent faire le voyage à la fois dans la navette de Virgin Galactic, il faudra plus de 100 départs avant qu’elle puisse être dans l’une de ces expéditions.

L’an prochain, dit-elle, la compagnie britannique planifie une deuxième navette pour les essais finaux.

Mme Anderson s’attend à devoir attendre encore deux ans avant de pouvoir s’évader dans l’espace, bien qu’elle commence déjà sa préparation, entre autres sur le plan physique.

Judy Anderson se dit reconnaissante envers les pionniers de l’espace pour cette possibilité de voir son rêve se réaliser».

Avec les informations de Renée Lilley

Une Manitobaine planifie un voyage dans l’espace