Saint-Tite-des-Caps mettra en valeur la petite histoire de I Confess

Le cinéaste Alfred Hitchcock, entouré de la distribution de « I Confess », dans la petite maison de Saint-Tite-des-Caps, où des scènes extérieures ont été tournées. © Warner Bros / Gracieuseté d'Allan O'Neill/Radio-Canada Le cinéaste Alfred Hitchcock, entouré de la distribution de « I Confess », dans la petite maison de Saint-Tite-des-Caps, où des scènes extérieures ont été tournées.

Près de 70 ans après le tournage du film d'Alfred Hitchcock « La Loi du silence » (« I Confess ») à Québec, la maison de Saint-Tite-des-Caps qui a servi de décor à certaines scènes extérieures sera de nouveau sur la sellette.

La maison blanche au toit rouge, qui a servi d'arrière-scène au film d'Hitchcock, La Loi du silence (I confess) est sans doute l'un des secrets» les mieux gardés de Saint-Tite-des-Caps.

Grâce à une campagne promotionnelle cet été, le bâtiment, plus que centenaire, se retrouvera de nouveau sous les feux des projecteurs avec l'ajout dans la municipalité d'un panneau touristique soulignant le passage de l'équipe de tournage en 1952.

Le panneau touristique du tournage d'Alfred Hitchcock résume l'histoire du film. © Gracieuseté : Municipalité de Saint-Tite-des-Caps Le panneau touristique du tournage d'Alfred Hitchcock résume l'histoire du film.

En août 1952, le maître du suspense Alfred Hitchcock tournait à Québec La Loi du silence. Le film raconte l'histoire d'un prêtre suspecté de meurtre et qui a par ailleurs eu une relation avec une femme mariée, mais tenu au secret de la confession, refuse de révéler le nom du meurtrier.

Toutes les scènes tournées à Saint-Tite-des-Caps l'ont été entièrement à l'extérieur, sur le terrain où est située la maison, la plupart montrant la rencontre du couple lors d'un rendez-vous amoureux.

Pierre-Gabriel Jobin n'avait que 10 ans lorsqu'il a assisté au tournage. Il avait été invité par sa tante, Marie Baillargeon, qui était à l'époque la propriétaire de la maison. Il conserve de très bons souvenirs de sa rencontre avec Alfred Hitchcock.

Je lui ai donné la main. J'ai été très impressionné. J'étais petit bonhomme et on connaît sa stature, il était très imposant. Il était aimable, mais très froid, je pense qu'il pouvait être un bon pince-sans-rire», relate Pierre-Gabriel Jobin.

Une photo prise pendant le tournage du film. Pierre-Gabriel Jobin à côté de sa tante (à gauche) qui était la propriétaire de la maison à l’époque du tournage. © Gracieuseté : Pierre-Gabriel Jobin Une photo prise pendant le tournage du film. Pierre-Gabriel Jobin à côté de sa tante (à gauche) qui était la propriétaire de la maison à l’époque du tournage.

Dans ces années, le tournage d'un film américain ailleurs qu'aux États-Unis, avec une distribution majoritairement américaine, était exceptionnel. Pierre-Gabriel Jobin avait été impressionné par les moyens financiers dont disposait l'équipe de direction.


Galerie: 30 séries qui ne passeraient plus aujourd’hui (Espresso)

Saint-Tite-des-Caps mettra en valeur la petite histoire de I Confess