Rebond en vue pour les actions, les rendements remontent

MARCHES-SYNTHESE-1:Rebond en vue pour les actions, les rendements remontent

LES BOURSES EUROPÉENNES SONT ATTENDUES EN HAUSSE À L'OUVERTURE © Reuters/Regis Duvignau LES BOURSES EUROPÉENNES SONT ATTENDUES EN HAUSSE À L'OUVERTURE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture vendredi et devraient ainsi effacer une partie des lourdes pertes subies la veille en réaction aux dernières nouvelles sur la propagation du variant Delta du coronavirus et au regain d'inquiétude pour la reprise économique, deux facteurs qui ont détourné les investisseurs des actions.

Cette amorce de rebond pourrait être favorisée par la remontée des rendements obligataires après la forte baisse des derniers jours et par le fait que les indices américains ont clôturé jeudi au-dessus de leurs plus bas du jour.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,32% pour le Dax à Francfort, de 0,24% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,29% pour l'EuroStoxx 50. Quant au CAC 40 à Paris, il pourrait regagner autour de 0,2% selon les premières indications disponibles.

L'EuroStoxx 50 a perdu 2,13% jeudi, sa plus forte baisse sur une séance depuis janvier, et le CAC 40 a reculé de 2,0% pour revenir à son niveau du 27 mai. L'un et l'autre accusent pour l'instant un repli d'environ 2,3% depuis le début de la semaine, leur pire performance hebdomadaire depuis plus de cinq mois.

La semaine aura en effet été marquée par la capitulation apparente des tenants du "reflation trade", le scénario de remontée de l'inflation à la faveur de la reprise économique qui favorisait la remontée des rendements obligataires sans compromettre celle des actions. Un retournement déclenché par une série d'indicateurs américains inférieurs aux attentes et amplifié par le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale.

"Le vent est en train de tourner sur les marchés, c'est certain", les inquiétudes liées à la croissance remplaçant celles suscitées par l'inflation, écrit Rodrigo Catril, stratège de National Australia Bank, dans une note aux clients de la banque.

L'agenda de ce vendredi est mince du point de vue des marchés mais inclut le compte rendu de la réunion de juin de la Banque centrale européenne (BCE), retardé de 24 heures par la présentation de la nouvelle stratégie de l'institution et qui sera publié à 11h30 GMT.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en nette baisse jeudi, au lendemain des records atteints par le S&P-500 et le Nasdaq, sur fond d'incertitudes entourant le rythme du rebond de l'économie américaine après l'annonce d'une augmentation inattendue des inscriptions au chômage.

L'indice Dow Jones a cédé 0,75%, ou 259,86 points, à 34.421,93, le S&P-500 a perdu 37,31 points, soit 0,86%, à 4.320,82 après avoir abandonné jusqu'à 1,58%, et le Nasdaq Composite a reculé de 105,28 points (-0,72%) à 14.559,79.

Le secteur des transports, sensible à la conjoncture économique, a chuté de 3,3%, sa plus forte baisse sur une séance depuis octobre, et celui de la finance a abandonné 1,96% sur fond de recul des rendements obligataires et à quelques jours du début des publications de résultats.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei recule de 1,31% à moins d'une heure de la clôture après être passé sous 28.000 points pour la première fois depuis le 21 juin.

Au-delà du repli de Wall Street, le marché japonais accuse le coup du retour de l'état d'urgence sanitaire et de la décision d'interdire les spectateurs lors des épreuves des Jeux olympiques.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai lâche 0,58% et le CSI 300 0,89% après la publication des chiffres mensuels de l'inflation, en baisse mais toujours élevés (+8,8% sur un an pour les prix à la production).

L'indice MSCI des valeurs asiatiques hors Japon est au plus bas depuis la mi-mai.

TAUX/CHANGES

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, à 1,3343%, regagne près de cinq points de base dans les échanges en Asie après en avoir perdu jusqu'à près de huit au plus bas jeudi pour tomber sous 1,25%, un creux de près de cinq mois.

Du côté des devises, l'"indice dollar", qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, est pratiquement inchangé (+0,06%).

Mais cette stabilité cache des variations plus marquées: le yen et le franc suisse restent soutenus par leur statut de valeur refuge tandis que l'euro recule à 1,1833 dollar (-0,08%) et que les dollars australien et néo-zélandais, plus sensibles aux fluctuations de la croissance mondiale, continuent de se déprécier.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste orienté à la hausse après l'annonce d'une forte diminution des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (-6,9 millions de barils) mais il se dirige vers un repli hebdomadaire de l'ordre de 3% faute d'accord entre pays de l'Opep+.

Le Brent gagne 0,28% à 74,33 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,4% à 73,23 dollars.

AUCUN INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L'AGENDA DU 9 JUILLET

LA SITUATION SUR LES MARCHÉS:

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

BOURSES

ASIATIQUES

Indices Dernier Var. Var. % YTD

points

Nikkei-225 27859,37 -258,66 -0,92% +1,51%

Topix 1908,67 -11,65 -0,61% +5,76%

Hong Kong 27395,93 +242,80 +0,89% +0,61%

Taiwan 17606,02 -260,07 -1,46% +19,50%

Séoul 3212,21 -40,47 -1,24% +11,79%

Singapour 3120,61 +13,02 +0,42% +9,73%

Shanghaï 3507,09 -18,41 -0,52% +0,98%


Vidéo: Zone euro: Bruxelles revoit fortement en hausse sa prévision de croissance en 2021 (Le Figaro)

Rebond en vue pour les actions, les rendements remontent