Pénurie anticipée à court terme: exode massif des médecins vers la retraite

© Fournis par La Presse Canadienne

QUÉBEC — Des milliers de médecins québécois s'apprêtent à troquer le stéthoscope pour le bâton de golf, dans un mouvement généralisé de départs à la retraite.

L'exode anticipé des médecins vieillissants est déjà commencé et va s'accentuer dans les mois et années qui viennent, rendant encore plus précaire l'accès à un médecin de famille, dont sont privés 20 % de Québécois. 

Dans ce contexte, tout indique que l'engagement pris par la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault en 2018 en vue de fournir un médecin de famille à tous les Québécois avant la fin du présent mandat figurera au tableau des promesses brisées.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Au Québec, un médecin sur quatre a plus de 60 ans. On compte exactement 2322 médecins actifs âgés entre 60 et 65 ans, sans compter 3147 autres ayant plus de 65 ans. Selon les plus récentes statistiques du Collège des médecins, le Québec compte aussi 1281 médecins actifs septuagénaires et 164 octogénaires ou nonagénaires. 

Autant dire que pour bon nombre d'entre eux, la retraite, c'est pour demain. 

Ce départ massif, bien que difficile à quantifier avec précision, rendra la situation d'autant plus précaire qu'il surviendra alors qu'il manque déjà environ 1000 médecins de famille au Québec.

Chaque omnipraticien prend sous son aile entre 1000 et 2000 patients. Pas besoin d'être fort en calcul pour déduire que si des milliers de médecins quittent leur cabinet à court terme, le nombre de patients orphelins va exploser.

«On s'en va vers un mur»

Le Dr Louis Godin est très inquiet. «On s'en va vers un mur», a observé le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), disant juger la situation «vraiment difficile», en entrevue téléphonique à La Presse Canadienne, cette semaine.

Chaque fois que le Dr Godin se rend sur le terrain pour rencontrer ses membres, le refrain qu'on lui sert est invariablement le même: la retraite est toute proche. «C'est la première chose qu'ils me disent», note ce dernier, ne cachant pas sa «grande inquiétude», persuadé que le gouvernement Legault sous-estime l'ampleur de la pénurie qui guette le Québec avant longtemps et ses conséquences sur les patients.

À Québec, six des 25 médecins de la clinique Saint-Louis viennent d'annoncer leur départ à la retraite. Au moins 10 000 patients se sont retrouvés orphelins du jour au lendemain. Dans Bellechasse, après le départ à la retraite annoncé récemment de deux médecins de famille, 25 % de la population va se retrouver bredouille à court terme. En Nouvelle-Beauce, cinq médecins de famille viennent d'annoncer leur retraite l'an prochain, plongeant dans l'inquiétude des milliers de patients devenus orphelins. À Magog, la clinique médicale Memphré va fermer ses portes en 2022. Raison: quatre médecins partent à la retraite. 

Le scénario est en train de faire boule de neige partout au Québec, prévient le président de la FMOQ, risquant de faire «exploser» le guichet d'accès.


Vidéo: Québec reporte la date butoir de la vaccination obligatoire pour les soignants (Le Devoir)

Pénurie anticipée à court terme: exode massif des médecins vers la retraite