Legault sur Labeaume: «J’aime mieux quelqu’un de direct que d’hypocrite»

Régis Labeaume en conférence de presse, mercredi © Le Soleil, Yan Doublet Régis Labeaume en conférence de presse, mercredi

«J’aime ça quand c’est un peu viril, les discussions. [...] J’aime ça quelqu’un de déterminé, de passionné. J’aime mieux quelqu’un de direct que quelqu’un qui est plus hypocrite», affirme François Legault, au sujet de Régis Labeaume.

Au lendemain de l’annonce de M. Labeaume qu’il ne représenterait pas à la mairie de Québec cet automne, après presque 14 ans de règne sur la capitale, le premier ministre Legault a cru bon de lui rendre un hommage plus senti que le micromessage de 241 caractères publié mercredi sur Twitter.

«Quatre mandats, plus de 13 ans... Moi, ça m’inspire», a lancé M. Legault, jeudi matin, en mêlée de presse juste avant d’entrer au Salon bleu pour participer à la période de questions.

«Régis, c’était un personnage, un homme très intelligent. Je dis “était”, il n’est pas décédé, là! Mais il va avoir un peu plus de bon temps pour lui», a commencé le premier ministre, avec le sourire.

«Quelqu’un qui a du charisme, du leadership, qui peut être pugnace, qui aimait ça se battre. On l’a vu encore avec le tracé du tramway. Facile à faire fâcher! Il y a quelques semaines, la dernière fois que je l’ai rencontré en personne, j’ai commencé la rencontre en lui disant : “Régis, c’est ben long partir ton tramway! Qu’est-ce que t’attends?” Évidemment, il s’est fâché pour me dire que c’était de ma faute si ça n’avançait pas», a raconté M. Legault, fier de son coup.

Lui qui entretient une passion pour le hockey et surtout le Canadien de Montréal, M. Legault a ensuite comparé le maire Labeaume, par sa petite taille, au petit attaquant recrue du CH Cole Caufield.

Pas de danger pour le tramway

M. Legault se dit certain que même l’élection d’un nouveau maire anti-tramway sur la rue des Jardins, le 7 novembre prochain, ne mettrait pas en péril le projet de tramway et le réseau de transport structurant qui lui est rattaché.

«On va lancer les appels d’offres, le tramway, on en a besoin à Québec. C’est un projet qui va s’arrimer avec une grande desserte des banlieues, s’arrimer avec le troisième lien ou tunnel Québec-Lévis, où il va y avoir du transport en commun entre Lévis et Québec. On va tout vous présenter ça dans les prochaines semaines», assure le premier ministre.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), particulièrement le caucus régional de Québec, a souvent mis les freins au projet de réseau structurant de transport en commun proposé par le maire Labeaume au cours des derniers mois.

Le dossier a fini par se régler à la mi-mars avec une rencontre au sommet entre MM. Legault, Labeaume et François Bonnardel, ministre québécois des Transports.

Une inspiration pour Anglade

Difficile de croire que Régis Labeaume a pu être une inspiration pour Dominique Anglade. L’ancienne ministre de l’Économie devenue cheffe du Parti libéral du Québec adopte toujours un ton très posé et porte toujours aux mots utilisés.

Loin de ce à quoi nous a habitués le maire de Québec depuis son accession au pouvoir municipal, fin 2007.

«En fait, c’était quelqu’un d’extrêmement authentique, d’extrêmement direct, de franc, et de sensible... Sensible, on l’a vu dans des moments qui ont été très difficiles pour l’ensemble des Québécois, on le voit dans ses moments à lui qui sont personnels. Et moi, je pense que des gens authentiques comme ça sont des inspirations en politique, oui», a commenté Mme Anglade qui, comme M. Legeault, avait placé la retraite du maire Labeaume parmi ses sujets du jour.

La cheffe libérale a de plus raconté une anecdote qui, selon elle, «représente toute l’authenticité de ce qu’est Régis Labeaume».

«Quand j’écrivais mon livre, un moment donné, il y avait une photo de moi et ma sœur à Québec. Je pensais que c’était au parc de l’Esplanade, mais je n’étais pas sûre. Alors je me suis dit : je vais texter le maire, lui, il va le savoir en regardant la photo! Il m’a dit : je vais demander à un de mes historiens pour voir si c’est ça et en 30 minutes, j’avais la réponse!»

On aperçoit les petites Pascale et Dominique devant une statue du Bonhomme Caranaval sur cette photo datant de 1979 publiée dans le livre de Mme Anglade, Ce Québec qui m’habite, sorti fin mars.

Legault sur Labeaume: «J’aime mieux quelqu’un de direct que d’hypocrite»