Loki : semer le chaos

Un épisode qu'il fallait visionner jusqu'à la toute dernière seconde...

© Disney+

Deux choses sont devenues très claires au cours du quatrième épisode de Loki, qui a heureusement vu la série reprendre du poil de la bête après l’heure un peu trop générique proposée la semaine précédente.

Certes, les studios Marvel ont toujours été très habiles pour cacher des indices à la vue de tous, pour rendre une ligne de dialogue plus importante qu’elle le paraissait au départ, pour sortir une image de son contexte, et ainsi pousser les fans à se lancer dans une constante collecte d’informations, et à imaginer toutes les théories possibles et imaginables pour la suite des choses. Et ce, aussi bien à court qu'à long terme.

Mais au final, indépendamment des innombrables possibilités de l’univers qui est édifié, la production suit généralement une trajectoire assez classique.

La beauté de Loki, c’est que ses créateurs s’amusent constamment aux dépens de celle-ci, mais sans forcément la dénaturer. La série de Michael Waldron s’impose d'ailleurs de plus en plus de par l'ingéniosité et l'intelligence de son écriture.

Un constat qui s’est concrétisé d’une manière délirante lorsque Loki s’est mis à développer des sentiments pour Sylvie… qui n’est qu’une autre incarnation de sa propre personne… Un événement qui a bien failli faire dérailler la ligne du temps. Bref, difficile d'imaginer plus belle façon d’illustrer tout le narcissisme du personnage-titre.


Galerie: 15 vedettes québécoises qui ont souligné la fête des Pères (hollywoodpq.com)

Loki : semer le chaos