Le tapis rouge du film Le guide de la famille parfaite attire les vedettes

Le tapis rouge du film Le guide de la famille parfaite attire les vedettes © Serge Cloutier Le tapis rouge du film Le guide de la famille parfaite attire les vedettes

Lundi, au Cinéma Impérial, c’était soir de première pour le très attendu film Le guide de la famille parfaite, dont la sortie a dû être repoussée à quelques reprises à cause de la pandémie. Après avoir patienté sagement, les artistes d’ici étaient nombreux à vouloir fouler le tapis rouge pour voir le nouveau long métrage de Ricardo Trogi.

Le réalisateur s’associe à nouveau avec Louis Morissette, qui cosigne le scénario avec Jean-François Léger et François Avard. Le duo Trogi-Morissette n’en est pas à son premier rodéo : les deux hommes ont également travaillé ensemble sur La Maison-Bleue et Les Simone, mais aussi sur Le mirage. Avec Le guide de la famille parfaite, on retrouve le même mélange de drame et de comédie que dans leur film de 2015, quoique leur nouvelle offrande connaît beaucoup moins de moments crispants de malaise.

Cette fois, Louis Morissette n’incarne pas un mari qui fantasme sur la meilleure amie de sa conjointe (avec des conséquences assez désastreuses), mais plutôt un père, Martin, qui se complaît dans son mépris des milléniaux (surtout d’un de ses employés, incarné par un acteur fétiche de Trogi, Jean-Carl Boucher) et qui cherche à atteindre la perfection, notamment par la réussite de sa fille aînée, Rose (Emilie Bierre), sur qui il met une grande pression.

Le monde de Martin chavire quand sa fille se fait suspendre de l’école. Honteux, il le vit comme s’il s’agissait d’une défaite personnelle, tandis que Rose ne sait plus quel moyen prendre pour faire comprendre à son père qu’elle souffre de l’anxiété de performance qu’il lui crée. En parallèle, Marie-Soleil (Catherine Chabot), conjointe de Martin et belle-mère de Rose, surprotège son turbulent de fils, Mathis (Xavier Lebel), qui est loin de recevoir la même attention de son père que sa demie-soeur, qui elle-même bénéficierait sans doute d’avoir une mère plus présente. La sienne, Caroline (Isabelle Guérard), passe une bonne partie de son temps en Europe pour le travail.

Ce portrait fait de Martin un personnage qui représente deux pôles de ce que la paternité peut avoir de négatif : le père effacé, voire carrément absent, comme c’est le cas avec son fils, versus le père beaucoup trop exigeant et strict, comme c’est le cas avec sa fille. Disons qu’on est loin du modèle qu’il a reçu, c’est-à-dire l’éducation à la claque que son père (Gilles Renaud) défend corps et âme et qui a poussé le frère de Martin (Alexandre Goyette) à avoir une approche beaucoup plus « grano ».

Ces personnages souvent opposés offrent énormément de situations comiques, et les éclats de rire sont nombreux en regardant Le guide de la famille parfaite, mais ce sont également ces mêmes différences qui causent les fossés entre eux, provoquant des moments de grands drames. On joue ici très habilement sur deux tableaux, tant dans le scénario que dans l’interprétation, pour un film franchement réussi, qui force par moments à l’introspection et qui nous berce par d’autres avec son petit côté feel good.

Bien des personnalités publiques ont pu profiter de la première pour voir le film, qui promet de faire fureur dans les salles de cinéma et, plus tard, sur Netflix. Sur le tapis rouge, en plus de l’équipe du long métrage, on a pu voir entre autres toute la famille Cloutier-MorissetteElyse Marquis et sa fille Alice DéryCynthia Dulude et sa maman ou encore les anciens académiciens Shayan Heidari et William Cloutier.

Le guide de la famille parfaite prendra l’affiche le 14 juillet partout au Québec. Pour voir toutes les photos de la première, glissez ci-dessous. Pour voir la bande-annonce, c’est par ici.

Alexandre Goyette

Le tapis rouge du film Le guide de la famille parfaite attire les vedettes