Le Gulf Stream risquerait de « s’effondrer » selon une étude

Arctique © PHILIPPE ROY / Philippe ROY / Aurimages via AFP Arctique

C'était le pitch de départ du film catastrophe « Le Jour d'après » (Roland Emmerich, 2004). Le Gulf Stream s'arrêtait subitement, entraînant une catastrophe climatique mondiale. S'il est peu probable que le monde s'écroule en quelques jours dans la réalité, les scientifiques s'inquiètent de l'état de ce courant chaud qui a un rôle extrêmement important. Selon une étude du Potsdam institute for climat impact research, relayée par The Guardian jeudi 5 août, le Gulf Stream montre des signes devant alerter sur son « effondrement ». 

Depuis un siècle, la vitesse du courant connaît une baisse nette et continue ; et ces dernières analyses laissent envisager qu'il puisse définitivement s'arrêter. Or, le Gulf Stream a un rôle décisif sur la météorologie. S'il venait à s'arrêter, ce sont des régions entières du globe qui connaîtraient un dérèglement climatique de grande ampleur : sécheresses catastrophiques dans des régions agricoles, tempêtes en Europe, hausse du niveau des océans, fonte accélérée des glaces sont notamment à redouter. 

Trop d'eau douce

« Je ne m'attendais pas à ces signes de déstabilisation déjà visibles et je trouve cela effrayant », a déclaré Niklas Boers, de l'Institut de Potsdam, cité par The Guardian. « C'est une chose qu'on ne peut tout simplement pas laisser arriver ». La vitesse du Gulf Stream dépend de son équilibre entre eau salée plus dense et eau douce qui le ralentit. Le réchauffement climatique et la fonte des glaces participent donc à ce déséquilibre en y ajoutant trop d'eau douce.

À LIRE AUSSILe « jour du dépassement » est-il fiable ?

 Les scientifiques ne savent pas à quelle échelle de temps l'effondrement redouté pourrait se produire faute d'inversion de la tendance climatique. Cela pourrait être une question d'années, de décennies ou de siècles. Selon de précédentes recherches menées en 2019, certains niveaux critiques ont déjà été dépassés, au point que l'on peut parler de « l'existence d'une menace pour la civilisation ».

Le Gulf Stream risquerait de « s’effondrer » selon une étude