Des dizaines d'entreprises dénoncent les restrictions du vote à l'étude au Texas

Plusieurs entreprises s'immiscent dans le débat sur le droit de vote au Texas. © /iStock Plusieurs entreprises s'immiscent dans le débat sur le droit de vote au Texas.

Dans la foulée de projets de loi présentés par les républicains de l'État pour réformer les élections, deux coalitions distinctes de petites et grandes entreprises ainsi que de leaders de la communauté plaident en faveur de l'accès aux urnes.

L'un des groupes, qui inclut une cinquantaine de signataires, parmi lesquels se trouvent des sociétés comme Microsoft, American Airlines, Unilever, HP, Patagonia et Levi Strauss, ainsi que des entreprises et chambres de commerce locales, appelle les élus à respecter le «principe démocratique fondamental» de l'égalité.

«En soutenant une démocratie plus forte et plus digne de confiance, nous renforçons notre économie», argue la coalition baptisée Fair Elections Texas, dans une lettre disponible sur Internet.

«Nous nous unissons, en tant que coalition non partisane, pour demander à tous les dirigeants élus du Texas de soutenir les réformes qui rendent la démocratie plus accessible et de s'opposer à tout changement qui limiterait l'accès au scrutin des électeurs qualifiés», écrivent ses signataires.

Les instigateurs de la deuxième initiative, soutenue par quelque 175 entrepreneurs et responsables locaux, adoptent un ton plus vif, selon une copie de la lettre obtenue par NBC News.

Les dispositions prévues dans deux projets de loi républicains «vont inévitablement nuire à notre compétitivité pour attirer des entreprises et des travailleurs à Houston», estiment-ils.

Jusqu'ici, seule American Airlines, signataire de la première lettre, ainsi que Dell Technologies avaient publiquement osé s'opposer aux réformes électorales mises de l'avant par les républicains du Texas, s'attirant les rebuffades de la formation.

Si les républicains, qui contrôlent les deux Chambres de l'Assemblée législative, visent officiellement à défendre l'«intégrité électorale», leurs adversaires ainsi que les militants pour le droit de vote les accusent plutôt de vouloir restreindre le vote des électeurs qui ne sont pas enclins à voter pour eux.

L'un des textes législatifs a déjà été adopté par le Sénat le mois dernier selon des lignes partisanes, et l'autre a obtenu l'assentiment d'un comité à la Chambre des représentants, mais n'a pas encore été soumis au vote.


Vidéo: Vague de menaces et d’insultes contre les députés depuis la pandémie (Le Devoir)

Des dizaines d'entreprises dénoncent les restrictions du vote à l'étude au Texas