Jon Rahm vient de l'arrière et remporte l'Omnium des États-Unis par un coup

© Fournis par La Presse Canadienne

SAN DIEGO — Grâce à deux roulés qui changeront sa carrière, l’Espagnol Jon Rahm a soulevé deux trophées, dimanche à l’Omnium des États-Unis. 

Il a d’abord pris dans ses bras son fils âgé de trois mois, Kepa, quand il a quitté le vert du 18e trou à Torrey Pines le jour de la fête des Pères. Puis, il a décroché son premier trophée d’argent au terme d’une performance qui a éclipsé ses compétiteurs. 

Rahm a effacé un retard de trois coups et il a remis une carte de 67 pour mettre la main sur un premier titre majeur en carrière. 

Accusant un retard d’un coup derrière le Sud-Africain Louis Oosthuizen lorsqu’il s’est amené au 17e trou, Rahm a créé l’égalité en calant un roulé de 25 pieds pour l’oiselet. 

Il a ensuite réussi un autre oiselet au 18e pour prendre les devants. Il a levé son poing en l’air et s'est exclamé de joie, tandis que la foule a rugi en arrière-plan. 

«Petit homme, tu n’as aucune idée de ce que ça représente, a dit Rahm à son fils quand il a gagné. Mais tu vas le comprendre assez vite.» 

Le golfeur de 26 ans est devenu le premier Espagnol à remporter l’Omnium des États-Unis. Sa victoire lui a permis de reprendre le premier rang mondial. 

Rahm a conclu le tournoi à moins-6. 

Cette victoire est survenue deux semaines après qu’il eut été forcé de se retirer du tournoi Memorial, lorsqu'il a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 au moment où il détenait une avance de six coups en tête. 

Lors d’un neuf de retour où plusieurs prétendants à la victoire ont commis des doubles bogueys et une déconfiture spectaculaire du champion en titre, Bryson DeChambeau, Oosthuizen a été le dernier à s’incliner. 

En retard d’un coup, Oosthuizen a commis un boguey au 17e après avoir envoyé son coup de départ complètement à la gauche de l’allée pour s’éloigner à deux coups de Rahm. 

Il a ensuite réussi un oiselet au 18e pour jouer 70 et terminer à moins-5. 

«Regardez, c'est frustrant, c'est décevant, a avoué Oosthuizen. Je joue bien, mais on dirait que je ne gagnerai jamais un tournoi majeur. J'ai bien joué aujourd'hui (dimanche), mais je n'ai pas joué assez bien.» 

Le Canadien Mackenzie Hughes, qui partageait la première position avec Oosthuizen et Russell Henley à l’aube de la quatrième ronde, a joué 77 pour glisser à égalité au 15e rang à plus-1. 

«Le dimanche d'un tournoi majeur, je crois que plusieurs choses doivent aller de ton côté pour que tu gagnes. Je ne réussissais pas les coups roulés que je devais réussir, a exprimé Hughes. Dans l'ensemble, je saurai comment je me sens dans un groupe final et je pourrai l'appliquer pour la prochaine fois. Espérons que ce soit bientôt.»

Le dernier Canadien à avoir gagné un tournoi majeur est Mike Weir, qui a triomphé au Tournoi des Maîtres en 2003.

Le chaos lors du neuf de retour 

DeChambeau tentait de devenir seulement le quatrième joueur depuis la Seconde Guerre mondiale à défendre son titre à l’Omnium des États-Unis. 

Il a pris les commandes du tournoi au huitième, quand sa balle s’est arrêtée à quelques centimètres de la coupe pour le priver d’un trou d’un coup sur la normale-3. Il a malgré tout calé l’oiselet. 

Mais par la suite, son manque de précision lors de ses coups de départ l’a empêché de demeurer dans la course. 

Il a commis un boguey au 11e, puis un autre au 12e. Au 13e, DeChambeau est passé de l’herbe longue à l’herbe longue, puis à une fosse de sable. Il a ensuite envoyé sa sortie de la fosse dans un kiosque de consommations, pour finalement commettre un double boguey. 

Il a ensuite encaissé un quadruple boguey au 17e trou. Il a joué 44 lors de son neuf de retour pour remettre une carte de 77. 

«Je n’ai pas déraillé du tout, c’est ça le golf, a tranché DeChambeau. J’ai déjà gagné des tournois en jouant beaucoup plus mal. Je n’ai simplement pas eu de chance aux moments où j’en avais besoin.» 

Hughes était à un coup du meneur quand il a amorcé son neuf de retour. Sa balle est toutefois restée coincée dans un arbre au 11e, ce qui lui a coûté un double boguey et qui a mis fin à ses chances. 

DeChambeau a terminé à égalité au 26e rang à plus-3. 

Rory McIlroy n’a pas été épargné non plus. Alors qu’il avait l’occasion de mettre fin à sa séquence de sept ans sans gagner de tournoi majeur, il a dû tenter trois roulers au 11e pour finalement commettre un boguey. Il a ensuite eu des ennuis avec la fosse de sable du 12e pour encaisser un double boguey. 

McIlroy a pris le septième rang à moins-1. 

Harris English a réussi deux oiselets pour une ronde de 68, et il a terminé troisième à moins-3. 

La quatrième ronde a été tellement serrée qu’à un certain point, 10 joueurs étaient séparés par un seul coup. 

Brooks Koepka était l’un d’eux, mais il a commis deux bogueys pour ramener une carte de 69. 

Il a terminé à égalité au quatrième rang avec Collin Morikawa (70) et Guido Migliozzi (68). 

Le Canadien Adam Hadwin à quant à lui joué 73 pour conclure le tournoi au 40e échelon à plus-6. 

Rahm est devenu le deuxième joueur à remporter un tournoi majeur cette saison après Hideki Matsuyama, qui a triomphé au Tournoi des Maîtres. 

«Je sentais que les astres étaient alignés et je savais que j’allais jouer mon meilleur golf.» 

Doug Ferguson, La Presse Canadienne

Jon Rahm vient de l'arrière et remporte l'Omnium des États-Unis par un coup