Irak: "Ils étaient venus pour être soignés, ils sont repartis dans des cercueils"

Des Irakiens portent le cercueild'un proche mort dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021 © Ali NAJAFI Des Irakiens portent le cercueild'un proche mort dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021

Emplis de rage, en larmes, ils hurlent leur colère sur les décombres encore fumants de l'unité Covid de l'hôpital de Nassiriya, dans le sud de l'Irak. Leurs cousins, neveux ou voisins sont morts dans l'incendie qui a fait 64 morts lundi soir.

"Ils sont venus ici pour se faire soigner et ils repartent dans des cercueils", crie un homme désespéré, Abou Nour al-Shawi, qui a perdu plusieurs membres de sa famille. "Ce hangar était même pas bon pour abriter des animaux!", lance-t-il, entouré de dizaines d'habitants venus constater le désastre.

Un homme pleure la mort de ses proches dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021 © Ali NAJAFI Un homme pleure la mort de ses proches dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021

Installé à la fin 2020 dans l'enceinte de l'hôpital al-Hussein de Nassiriya pour traiter les malades du Covid, le hangar vétuste, non ignifugé, accueillait jusqu'à 70 personnes. Le feu --déclenché par l'explosion de bouteilles d'oxygène selon une source sanitaire-- s'est rapidement propagé et n'a laissé aucune chance aux patients et à leurs visiteurs.

Un homme pleure la mort de ses proches dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021 © Asaad NIAZI Un homme pleure la mort de ses proches dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021

La dévastation est totale: toit en tôle effondré, murs cloqués et noircis, couvertures et habits éparpillés. Une chaise roulante renversée est encastrée dans les décombres qui fument encore.

Le chaos a régné une bonne partie de la nuit, les pompiers luttant pendant des heures pour maîtriser les flammes tandis que des centaines d'habitants accouraient sur les lieux pour tenter d'évacuer les patients pris au piège.

"Nous entendions les gens crier mais nous ne pouvions pas faire grand-chose", raconte Hisham al-Sumeri, un jeune militant venu aider dans la nuit.

"C'est toujours la même situation, tous les jours, les mêmes martyrs, les mêmes tragédies. Dans ce pays, ce sont les hôpitaux pour les pauvres qui brûlent", s'emporte Oudaye al-Jaberi, dont quatre proches ont péri dans les flammes. 

Corruption, négligence, défaillance des autorités: la litanie des maux qui rongent l'Irak sont sur toutes les lèvres.

En avril dernier, une incendie similaire, également provoqué par l'explosion de bouteilles d'oxygène, a ravagé un hôpital dédié à la lutte contre le Covid à Bagdad: plus de 80 morts.

"Ce n'est pas un gouvernement que nous avons: c'est une mafia, des criminels, qui gouvernent le pays", crie M. al-Jaberi.

- Funérailles sous tension -

Les funérailles de plusieurs victimes --toutes n'ont pas encore été identifiées, selon la morgue--- se sont déroulées sous haute tension mardi, les familles laissant éclater leur rage contre "les corrompus", a relaté auprès de l'AFP Abbas Agil, un retraité.

Des Irakiens pleurent leurs proches morts dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021 © Ali NAJAFI Des Irakiens pleurent leurs proches morts dans l'incendie d'un hôpital à Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 13 juin 2021

Dans le cimetière de Najaf (centre), un homme et une femme s'étreignent alors que sont inhumés leurs proches. A Al-Nasr, au nord de Nassiriya, quatre frères et soeurs ont été mis en terre; à Al-Dawaya, à l'est de la ville, ce sont six personnes d'une même famille qui ont été enterrées.

Parallèlement, les manifestations se sont multipliées à Nassiriya, une ville qui a été l'un des épicentres du soulèvement populaire fin 2019 contre la corruption et l'incurie gouvernementale.

Des dizaines d'habitants ont bloqué les entrées de plusieurs hôpitaux, brandissant des banderoles "Fermé sur ordre du peuple", pour exiger le transfert de patients dans un établissement flambant neuf de plus de 400 lits, construit par la Turquie et inauguré en juin par le Premier ministre... mais inexplicablement inutilisé.

Les manifestants ont eu gain de cause dans la journée, les autorités ayant ordonné le transfert de tous les patients de l'hôpital Al-Hussein dans ce nouvel établissement afin de libérer de la place pour les nouveaux malades du coronavirus.

Le directeur de l'hôpital al-Hussein et le responsable des autorités sanitaires régionales ont été écartés sur ordre du Premier ministre Moustafa al-Kazimi, mais ces mesures sont jugées insignifiantes.

"Une nouvelle fois, les politiciens ont prouvé leur incapacité à gérer le pays. Nous allons de tragédie en tragédie, la situation des Irakiens empire de jour en jour, et personne ne rend de comptes", s'indigne Yasser al-Barrak, un professeur de l'Université de la province de Dhi Qar.

Les incendies sont courants: rien qu'entre janvier et mars 2021, 7.000 feux sont été recensés par le ministère de l'Intérieur.

Et le système de santé est délabré depuis des décennies, en raison de la crise économique, des guerres et de la corruption. La pandémie a aggravé cette situation: le pays compte plus de 1,4 million de personnes infectées par le coronavirus, qui a fait plus de 17.000 morts.

bur-ff-cf/all

Irak: "Ils étaient venus pour être soignés, ils sont repartis dans des cercueils"