La Géorgie va radier une vieille loi sur les arrestations citoyennes datant de 1863

© Fournis par La Presse Canadienne

ATLANTA — Le gouverneur de la Géorgie, Brian Kemp, prévoit signer la radiation lundi d'une vieille loi sur les arrestations citoyennes datant de l'époque de la guerre de Sécession. Ladite loi a servi de prétexte à des hommes blancs pour poursuivre et abattre Ahmaud Arbery, un jeune homme noir, l'an dernier.

La Chambre et le Sénat de l'État ont adopté le projet de loi 479 par une écrasante majorité. Brian Kemp et de nombreux élus en avaient fait leur priorité à la suite du meurtre d'Ahmaud Arbery.

L'indignation provoquée par le meurtre, filmé par l'un des accusés, a également poussé les élus à doter la Géorgie de nouvelles lois sur les crimes haineux, en 2020, plus de 15 ans après que la Cour suprême de l'État eut invalidé une version précédente.

Concernant les arrestations citoyennes, la nouvelle version de la loi met fin au droit d'une personne civile d'arrêter un suspect qui aurait commis un crime sous ses yeux. Le droit de procéder à une arrestation citoyenne demeure valide en cas de légitime défense et pour des propriétaires d'entreprises qui prennent des voleurs sur le fait.


Vidéo: Affaire Vance : le témoignage de Katie Telford (Radio-Canada.ca)

La Géorgie va radier une vieille loi sur les arrestations citoyennes datant de 1863