COVID-19 : Une équipe de Calgary plaide pour la poursuite de l’analyse des eaux usées

Sous la boîte métallique, une machine robotisée prélève un échantillon d'eaux usées du quartier voisin pour que l'équipe de chercheurs analyse la présence de la COVID-19. © Tiphanie Roquette/Radio-Canada Sous la boîte métallique, une machine robotisée prélève un échantillon d'eaux usées du quartier voisin pour que l'équipe de chercheurs analyse la présence de la COVID-19.

Des chercheurs de l’Université de Calgary tentent de sécuriser un financement permanent pour poursuivre et étendre leur analyse épidémiologique des eaux usées, un domaine qui a prouvé son utilité pendant la pandémie.

Depuis plus d’un an, l’équipe de recherche prélève des échantillons d’eau à plusieurs endroits du système d'égouts de Calgary. Dans ces eaux teintées d’excréments, elle recherche la signature génétique du virus causant la COVID-19 pour évaluer la prévalence de l'infection au sein de la population.

Six jours d'avance

Nous pouvons détecter la maladie avant qu’elle apparaisse dans les cas cliniques , explique l’un des responsables de l’équipe Kevin Frankowski. Nous pouvons observer une flambée six jours avant l’apparition d’une éclosion [dans les statistiques provinciales].»

Les échantillons d'eaux usées sont prélevés deux fois par semaine puis analysés en laboratoire. © Tiphanie Roquette/Radio-Canada Les échantillons d'eaux usées sont prélevés deux fois par semaine puis analysés en laboratoire.

Selon le chercheur, la métropole albertaine s’est révélée idéale pour ce genre d’analyse puisque le système des eaux usées y est séparé de celui des eaux de pluie.


Vidéo: Le Canada fait don de 17,7 millions de doses du vaccin AstraZeneca (Le Devoir)

COVID-19 : Une équipe de Calgary plaide pour la poursuite de l’analyse des eaux usées