Course à la mairie de Longueuil: Catherine Fournier ne prend rien pour acquis

© Fournis par La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Les jeunes femmes n’hésitent plus à briguer la mairie. La Presse canadienne a demandé à cinq candidates d’esquisser les grandes lignes des changements qu’elles espèrent voir si elles devenaient mairesses le 7 novembre 2021. À l’occasion du cinquième texte de la série, Catherine Fournier, 29 ans, présente son point de vue sur la diversité dans la sphère politique. 

En 2016 la députée de Marie-Victorin a été élue à l’Assemblée nationale du Québec faisant d’elle la plus jeune femme au Salon bleu. Un an plus tard, un nombre record de femmes remportaient des sièges dans les différentes municipalités du Québec passant à 32,3 %, soit 2,4 points de pourcentage de plus qu’en 2013.  

Depuis le dernier scrutin, la province compte 205 mairesses (18,8 %) et 2358 conseillères (34,5 %). Un nombre jugé encore insuffisant par l'Union des municipalités du Québec qui espère atteindre la parité (50 %) aux prochaines élections. 

Vers une meilleure représentation

«Au moment où je me suis présenté, il y avait une grande disparité hommes-femmes, relate Catherine Fournier en entrevue téléphonique. Il y avait également un très faible nombre d’élus qui représentait les plus jeunes générations.»

Comme la démocratie est, selon elle, une question de représentation, elle décide de se lancer pour «porter la voix des jeunes de (sa) génération». 

Avec le temps, elle est devenue «très critique de la partisanerie qui prend beaucoup de place», voire «trop de place» dans les partis politiques qui siègent à Québec. 

Elle reconnaît que l’hôtel de ville de Longueuil n’est pas exempt de partisanerie, toutefois le désir de «rebâtir la confiance des citoyens de Longueuil» combiné à l’opportunité de faire une différence concrète dans la vie des électeurs sont des éléments qui ont fait basculer sa décision. 

Sans parler des nombreux messages reçus lorsqu’elle a amorcé sa réflexion sur la course à la mairie l’hiver dernier. Elle a tout de suite «senti une grande vague de soutien» de la part des gens de sa circonscription. 

«Ça m’a beaucoup encouragé», raconte-t-elle. «Beaucoup de gens m’ont écrit pour me réitérer leur confiance», ajoute la jeune femme. 

Les plus récents sondages lui donnent d’ailleurs une longueur d’avance sur ses rivaux, mais «je ne prends rien pour acquis » a affirmé la candidate sur Twitter en mai dernier. 

Elle avoue que c’est un palier qu’elle connaissait moins au début et avec lequel les gens, de façon générale, sont moins familiers. Bien que ce soit celui qui «est le plus proche des citoyens» et qui est le plus susceptible d’avoir un impact direct dans leur vie. «C’est un palier qui est plus flexible, où on peut plus facilement changer les choses», affirme l’élue.

Celle qui s’est engagée dans la politique pour faire entendre d’autres voix considère l’enjeu de la diversité dans les instances décisionnelles «extrêmement important». 

«Quand il y a un nombre de décideurs autour d’une table et qu’on en vient à faire des choix qui vont avoir un effet direct sur la population, si on peut être des personnes qui avons différents profils, qui avons des expériences de vie différentes, avec un équilibre entre les hommes et les femmes, ça permet de refléter tous les angles morts qui ne sont pas nécessairement pris en considération si on est dans un groupe qui partage la même expérience de vie», dit-elle.

La diversité autour de la table permet non seulement de considérer le point de vue de l’ensemble de la société afin de prendre les meilleures décisions, est-elle d'avis, mais «c’est aussi prouvé que la diversité est à la source d’une plus grande créativité». 

«Puis c’est grâce à la créativité qu’on peut innover et sortir un peu du cadre établi pour trouver de meilleures solutions pour la société», lance-t-elle. 

———

Cet article a été produit avec l'aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Jessica Beauplat, La Presse Canadienne

Course à la mairie de Longueuil: Catherine Fournier ne prend rien pour acquis