Des adversaires attendent Liz Cheney après son expulsion

© Fournis par La Presse Canadienne

CHEYENNE, Wyo. — Pour les républicains alliés à Donald Trump, expulser Liz Cheney de leur caucus de la Chambre des représentants n'a pas été trop compliqué. La chasser du pouvoir pourrait être une tout autre histoire.

L'empressement de certains républicains à punir Mme Cheney pour avoir critiqué M. Trump et son entourage fait saliver tellement d'adversaires potentiels que cela pourrait ultimement la conduire à une nouvelle victoire l'an prochain.

Mme Cheney peut aussi compter sur un trésor de guerre imposant et sur un héritage familial qui lui a déjà été très utile.

On ne peut toutefois nier que sa décision de dénoncer les mensonges de M. Trump concernant la fraude électorale en 2020 donne un nouveau souffle à ses adversaires. Cela lui vaut aussi de nouvelles attaques de la part de ceux qui lui reprochent d'être plus intéressée par ce qui se passe à Washington que par ce qui se passe au Wyoming.

Ceux qui souhaitent lui ravir son siège doivent se manifester avant août 2022, mais six républicains ont déjà annoncé leur intention de se lancer dans la course.

Son nombre croissant d'adversaires, d'un colonel de l'armée à la retraite à une fermière, fait sourciller aussi bien ses alliés que ses ennemis.

«Ils vont être vraiment nombreux. Ça va probablement diviser le vote», a dit Mark Falk, un résidant de la ville de Cheyenne qui prévoit voter contre elle.

Mme Cheney a déjà prouvé qu'elle est capable de rebondir et de gagner, puisque c'est de cette manière qu'elle a été élue la première fois. Après une campagne sénatoriale infructueuse en 2014, elle a brigué un siège à la Chambre des représentants en 2016, remportant presque deux fois plus de votes que son plus proche rival lors d'une élection primaire à laquelle participaient neuf candidats.

Elle a depuis facilement écarté de son chemin des adversaires républicains et démocrates peu connus, en même temps qu'elle développait un formidable réseau de financement. Elle a récolté 1,5 million $ US entre janvier et mars, son trimestre le plus profitable à ce jour.

Elle jouit aussi d'une visibilité nationale en tant que fille de l'ancien vice-président Dick Cheney. Son statut de nouvelle républicaine préférée des démocrates pourrait aussi lui être utile, puisque le Wyoming permet aux électeurs de changer d'affiliation politique le jour du vote. Certains démocrates en profitent pour voter lors des élections primaires républicaines serrées.

Chose certaine, la grogne à l'endroit de Mme Cheney au Wyoming s'est accentuée depuis qu'elle a voté en faveur de la destitution du président Trump pour son rôle dans l'insurrection du 6 janvier au Capitole.


Vidéo: Vaccins : Trudeau refuse toujours d'appuyer la levée des brevets (Radio-Canada.ca)

Des adversaires attendent Liz Cheney après son expulsion