Serena Williams effectue son retour à Rome après s'être entraînée «très intensément»

© Fournis par La Presse Canadienne

ROME — Oubliez toutes les spéculations au sujet de Serena Williams envisageant de prendre sa retraite après son geste émotif de la main sur le coeur à la suite de son élimination aux Internationaux d'Australie il y a trois mois.

Même si Williams n’a pas joué depuis sa défaite contre Naomi Osaka en demi-finale à Melbourne en février, elle s’est entraînée «très intensément» sur terre battue et est prête à «prendre un nouveau départ» dans sa poursuite du record de Margaret Court de 24 titres en Grand Chelem.

Au moment d'effectuer son retour à la compétition à l'omnium de Rome cette semaine pour préparer Roland Garros plus tard ce mois-ci, Williams a détaillé lundi son récent programme d’entraînement.

Il y a eu un bloc de temps sur terre battue aux États-Unis, suivi de deux semaines et demie sur la terre rouge à l'Académie française dirigée par son entraîneur, Patrick Mouratoglou.

«Nous avons donc eu plusieurs semaines d'entraînement intenses — très intenses, a décrit Williams. Je me sens bien. ... Je vais avoir de bons matchs ici, espérons-le, puis j'irai à un autre Grand Chelem, ce qui me stimule toujours. Alors je pense que je serai prête.»

Williams, âgée de 39 ans, qui n'a besoin que d'un titre de plus en Grand Chelem pour égaler le record de Court, a ajouté que ses partisans ne devraient pas trop s'en faire avec le manque d'informations sur le tennis qu'elle partage sur les réseaux sociaux.

«Je ne fais pas beaucoup de contenu sportif, alors j'ai l'impression que les gens se demandent si je joue encore, et je dois vous dire que je le fais toujours, vous ne le voyez tout simplement pas, a-t-elle ajouté. Je ne montre pas ce que je fais. Je ne montre pas toujours mes cartes.»

Williams, quadruple championne à Rome, affrontera la demi-finaliste de Roland-Garros Nadia Podoroska ou la qualifiée Allemande Laura Siegemund lors de son match d'ouverture au Foro Italico. Elle est dans le même quart du tableau qu'Osaka et elle bénéficie d'un laissez-passer au premier tour.

«C’est bien de prendre un nouveau départ, mais c’est aussi difficile de prendre un nouveau départ», a-t-elle confié.

On a également demandé à Williams si elle sera aux Jeux olympiques de Tokyo si les mesures sanitaires en vigueur pour le coronavirus signifiaient qu'elle ne pouvait pas amener sa fille de trois ans au Japon.

«Je n'ai pas passé 24 heures sans elle, donc ce genre de réponse veut tout dire, a réagi Williams. Nous sommes les meilleures amies.

«Je n'ai pas vraiment pensé à Tokyo, parce que c'était censé être l'année dernière et maintenant c'est cette année. Et puis il y a cette pandémie et il y a tellement de choses à penser, a-t-elle ajouté. Ensuite, il y a les tournois du Grand Chelem. Ça fait beaucoup. Donc, je prends un jour à la fois, mais je dois définitivement déterminer la suite des choses.»

- Par Andrew Dampf, The Associated Press

La Presse Canadienne

Serena Williams effectue son retour à Rome après s'être entraînée «très intensément»