Une prestation méconnue pour les parents dévastés par la perte d'un enfant

© Fournis par La Presse Canadienne

OTTAWA — L'ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels se désole toujours que l'aide financière aux parents d'enfants assassinés ou disparus demeure largement inutilisée, malgré les changements nouveaux et proposés à ce programme fédéral.

Heidi Illingworth croit que la clé du succès de ce programme réside dans une plus grande sensibilisation auprès des familles qui en ont besoin.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait mis en place en janvier 2013 ce «Soutien du revenu fédéral pour les parents d’enfants assassinés ou disparus». Les libéraux ont plus tard révisé ce soutien financier, à la suite d'un rapport très critique de la prédécesseure de Mme Illingworth, qui concluait que «les coûts liés à l’administration du programme étaient environ 14 fois supérieurs au montant versé aux parents».

Plus récemment, dans le projet de loi budgétaire du gouvernement actuellement devant la Chambre des communes, les libéraux ont apporté de nouvelles modifications, visant à faciliter et élargir l'accès au programme.

Les libéraux veulent aussi modifier le Code canadien du travail afin de garantir que les employés dans le secteur privé sous réglementation fédérale bénéficient d’une protection de leur emploi quand ils se prévalent de la prestation.

En entrevue, l'ombudsman Illingworth accueille avec plaisir les nouvelles dispositions qui mettront les lois fédérales du travail en conformité avec les prestations remaniées. Elle ajoute que la pandémie pourrait avoir un impact sur le programme, tout comme elle l'a eu sur de nombreux aspects de la vie des Canadiens, «en particulier sur les enfants et les jeunes». 


Vidéo: La stratégie du «zéro COVID-19» a été plus payante que le «vivre avec» (Le Devoir)

Une prestation méconnue pour les parents dévastés par la perte d'un enfant