Des citoyens seuls contre un projet «catastrophe» de construction

Même s’il est qualifié de «catastrophe» pour le voisinage par l’entrepreneur lui-même, il n’y a plus rien qui entrave le projet de transbordement de marchandises de Ray-Mont Logistiques dans le secteur Assomption Sud. Sauf des citoyens. © Jacques Nadeau Le Devoir Même s’il est qualifié de «catastrophe» pour le voisinage par l’entrepreneur lui-même, il n’y a plus rien qui entrave le projet de transbordement de marchandises de Ray-Mont Logistiques dans le secteur Assomption Sud. Sauf des citoyens.

Cent wagons par jour transportant des conteneurs, 150 000 voyages par année, 1000 camions par jour, des activités 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, 10 000 conteneurs empilés en permanence sur un terrain vague de 2,5 millions de pieds carrés à quelques pas d’un quartier résidentiel… Même s’il est qualifié de « catastrophe » pour le voisinage par l’entrepreneur lui-même, il n’y a plus rien qui entrave le projet de transbordement de marchandises de Ray-Mont Logistiques dans le secteur Assomption Sud. Sauf des citoyens.

« La mobilisation grandit, constate Anaïs Houde, militante du groupe Mobilisation 6600 parc-nature MHM. On va être là et on va parler fort. »

L’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuvejuge avoir épuisé ses recours judiciaires pour bloquer le projet. En 2017, l’arrondissement, constatant le manque d’acceptabilité sociale du projet, avait refusé d’octroyer le permis de construction nécessaire à sa réalisation. Ray-Mont, qui avait acquis l’ancien terrain de la Canadian Steel Foundries situé entre les rues Dickson et Viau en 2016, s’était alors adressé avec succès à la Cour supérieure. Après avoir essuyé un revers, l’administration municipale a saisi la Cour d’appel, qui a aussi donné raison à Ray-Mont en janvier 2021. Depuis février, l’entreprise poursuit la Ville, réclamant 373 millions de dollars en dommages et intérêts.

Le maire de l’arrondissement, Pierre Lessard-Blais, demande maintenant à Ray-Mont Logistiques de s’asseoir avec les citoyens afin de trouver des solutions pour limiter les nuisances. La Concertation Assomption Sud–Longue-Pointe, créée par la Ville, permet des échanges réguliers entre les citoyens et divers acteurs liés au développement du secteur.

« C’est avec eux, les résidents du secteur, que l’entreprise doit élaborer son projet. […] Si le résultat de la concertation est acceptable pour les citoyens, les élus s’engagent à le recevoir favorablement », a affirmé M. Lessard-Blais par voie de communiqué.

Pollution sonore et de l’air


Vidéo: Les Québécois n’échappent pas aux théories du complot (Le Devoir)

Des citoyens seuls contre un projet «catastrophe» de construction