Vitrine musique - Le poids des livres, Lary Kidd

© Fournis par Le Devoir

Renouant avec son vieux complice Ajust, le compositeur et coréalisateur de son dernier disque, Surhomme (2019), Lary Kidd offre le bref mais dense mini-album Le poids des livres, véritable travail d’orfèvre pour ce MC obsédé par les rimes savantes, les punch lines qui font mouche et la prosodie finement calibrée. Sur le plan des thèmes, le rappeur raffine ce qu’il a précédemment exprimé, sur ce ton grave, direct et baveux qu’on lui connaît : il y est beaucoup question d’existentialisme, de cynisme (Lary cite à nouveau Cioran)… et de drogues : « J’ai tellement parlé de coke que j’en ai perdu du pep / Si j’avais fait autrement, est-ce que j’aurais déplu aux heads ? » badine-t-il en ouverture du EP. Sur Keys on the Table et l’époustouflante Feu roulant, Ajust soumet à Lary des rythmiques à saveur soul s’approchant du son de RZA, que le MC investit avec une remarquable aisance ; passée l’interlude (Métro Vendôme), la rythmique passe à un boogie funk anesthésié, sur La ville des anges et la lugubre De mon âme. Impressionnant. Écoutez Keys on the Table


Vidéo: Alex Nevsky fait son retour après avoir réparé les pots cassés (Le Devoir)

Vitrine musique - Le poids des livres, Lary Kidd